Le «début de la fin du projet» européen ? Farage se paye l'UE dans son dernier discours au Parlement

Auteur: RT France
Suivez RT France surTelegram

Dénonçant un projet «anti-démocratique» représentant le «mondialisme face au populisme», l'eurodéputé britannique a tenu un discours sans concession contre l'UE pour sa dernière dans l'hémicycle européen... avant que son micro ne soit coupé.

Aux yeux des eurodéputés et des dirigeants européens, le Brexit pourrait bien avoir au moins un point positif : ils ne seront plus confrontés au Britannique Nigel Farage et à ses discours incisifs au Parlement. Très en verve, l'eurodéputé – pour quelques heures encore – n'a en effet pas épargné ses collègues, le 29 janvier, pour sa dernière intervention dans l'hémicycle à Bruxelles, à l'occasion du vote sur le le traité de retrait du Royaume-Uni de l'UE. 

«Le 31 janvier à 23h, marque un point de non-retour. Une fois que nous serons partis, nous ne reviendrons jamais, et le reste, ce ne sont que des détails», a-t-il commencé, avant d'ouvrir franchement les hostilités. «En 2005, j'ai vu la Constitution rejetée par les Français par référendum, rejetée par les Hollandais par référendum. Et je vous ai vus vous, dans vos institutions, les ignorer. Ramener [la constitution] en tant que traité de Lisbonne et vous vanter que vous pouviez le faire passer sans référendum», a attaqué l'eurodéputé, rappelant par ailleurs que les Irlandais qui avaient voté «non», avaient été contraint de voter de nouveau.

Je veux que le Brexit ouvre un débat à travers le reste de l'Europe

Des agissements qui, selon Nigel Farage, l'ont fait devenir un «opposant pur et simple du projet européen». Et, celui qui a fait du Brexit son combat politique depuis de nombreuses années, espère que la sortie du Royaume-Uni permettra d'ouvrir «un débat à travers le reste de l'Europe».

Pour Nigel Farage, qui dit «aimer l'Europe» mais «haïr l'Union européenne», c'est en effet la structure du bloc qui est à rejeter : «J'espère que [le Brexit] signe le début de la fin de ce projet. C'est un mauvais projet. Il est non seulement non démocratique, mais il est antidémocratique. Il pousse sur le devant du Parlement, il donne du pouvoir à des gens sans qu'il aient à rendre des comptes. Des gens qui n'ont pas de comptes à rendre aux électeurs. C'est une structure inacceptable.»

C'est le mondialisme contre le populisme

Ce manque de démocratie au sein de l'institution européenne traduit d'après l'eurodéputé britannique une «bataille historique qui fait rage en ce moment à travers l'Occident». «C'est le mondialisme contre le populisme. Et vous pouvez détester le populisme, mais je vais vous dire quelque chose d'amusant, c'est en train de devenir très populaire», a-t-il glissé déclenchant les rires des députés du Brexit Party postés derrière lui.

Un discours sans concession, que Nigel Farage a conclu en agitant un drapeau britannique, assurant que Londres avait hâte de travailler avec l'UE «en tant que nation souveraine». C'est à ce moment-là que son micro a été coupé, les drapeaux nationaux étant interdits dans l'hémicycle européen. Nigel Farage a alors lancé : «Tout est fini, terminé ! On s'en va !», sous les applaudissements fournis de son camp. «S'il vous plaît, enlevez vos drapeaux. Et prenez-les avec vous, si vous partez maintenant», a en conséquence tranché la présidente de séance.

Lire aussi : Brexit : le Royaume-Uni sort de l'UE et ouvre un «nouveau chapitre de son histoire»

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix