Suisse : 1 700 morts chaque année à la suite d’erreurs médicales ?

Suisse : 1 700 morts chaque année à la suite d’erreurs médicales ? Source: Reuters
La Suisse est également confrontée au problème des erreurs médicales.
Suivez RT France surTelegram

Une étude publiée cette semaine en Suisse révèle que jusqu’à 1 700 personnes trouveraient chaque année la mort à cause d’erreurs médicales.

Pointant à la troisième place du classement de l’indice de développement humain, la Suisse est reconnue comme une nation d’exception. Un petit paradis qui a ses défauts. La Patientensicherheit Schweiz (PSS), organisation s’occupant de la santé des patients suisses a lâché une bombe cette semaine. Selon son étude, 1 700 personnes trouveraient la mort chaque année à la suite d’erreurs médicales.

Ces chiffres ont été révélés dans le cadre d’une campagne de sensibilisation pour faire la lumière sur les problèmes du secteur médical suisse.

Le nombre de 1 700 décès est à prendre avec des pincettes. De l’aveu même du PSS, les estimations sont difficiles à réaliser mais elles donnent une fourchette allant de 700 à 1 700 morts.

Une action de promotion des meilleures pratiques

L’organisation tire la sonnette d’alarme pour que plus d’efforts soient faits afin de réduire ces erreurs fatales.

Les problèmes les plus récurrents concernent les infections postopératoires contractées à l’hôpital, les erreurs de prescription, les échantillons et résultats de laboratoire confondus, les diagnostics erronés et le manque de communication.

Une semaine d’action pour la promotion des bonnes pratiques, soutenue par l’Office fédéral de la santé publique, a été organisée.

Des membres de l’organisation ont voyagé en bus à travers le pays. Ils se sont rendus dans les centres urbains les plus importants afin de sensibiliser les hôpitaux, cliniques, docteurs et pharmacies.

Une situation bien pire en France

La Suisse fait figure de bonne élève par rapport à son voisin. L’Association de défense des droits des patients victimes d’accidents médicaux, le Lien, dresse un tableau noir de la situation.

Elle déclare avoir exploité plusieurs données de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour arriver à un chiffre compris en 30 000 et 50 000 morts par an.

Toujours selon ces mêmes données, un patient sur 300 décéderait d’une erreur médicale en France.

Selon le docteur Dominique Courtois, président de l’Association d’aide aux victimes d’accidents, un moyen efficace de réduire ces erreurs serait de regarder du côté de nos voisins européens. «En Grande-Bretagne ou en Allemagne, les praticiens ont l’obligation de déclarer les erreurs qu’ils commettent. Non pas dans le but de jeter l’opprobre sur eux. Mais de manière à ce que leurs collègues ne reproduisent pas les erreurs qu’ils ont pu commettre un jour.»

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix