En réponse à Berlin, Moscou va expulser deux diplomates allemands de Russie

En réponse à Berlin, Moscou va expulser deux diplomates allemands de Russie© Alexander Nemenov Source: AFP
Le Kremlin, Moscou. (image d'illustration)

La diplomatie russe a annoncé que Moscou allait expulser deux diplomates de l'ambassade d'Allemagne. Une réponse symétrique après que Berlin a expulsé deux diplomates russes dans le cadre de l'enquête sur le meurtre d'un Géorgien dans la capitale.

Moscou a annoncé ce 12 décembre l'expulsion de deux diplomates allemands, en représailles à la décision de l'Allemagne début décembre de renvoyer deux russes après le meurtre commandité, selon Berlin, d'un Géorgien d'origine tchétchène dans la capitale allemande.

Le ministère russe des Affaires étrangères a convoqué ce même jour l'ambassadeur allemand Géza Andreas von Geyr pour lui signifier que «deux collaborateurs de l'ambassade d'Allemagne avaient été déclarés persona non grata et avaient sept jours pour quitter» la Russie. La diplomatie russe a également fait savoir espérer que ces expulsions – «symétriques» et constituant une réponse «inévitable» de la Russie – ne détérioreront pas les liens diplomatiques bilatéraux entre les deux pays.

La partie allemande a dit regretter la réaction de la Russie, évoquant par la voix de son ministère des Affaires étrangères une expulsion «injustifiée» et un «mauvais signal». Dans un communiqué, Berlin annonce se réserver «le droit de prendre d'autres mesures dans cette affaire à la lumière des enquêtes» en cours.

Le 4 décembre, Berlin avait sommé deux membres de l'ambassade russe en Allemagne de quitter le pays, «avec effet immédiat», accusant Moscou de n'avoir pas «suffisamment coopéré» dans l'enquête sur le meurtre d'un Géorgien à Berlin. Le même jour, le parquet fédéral allemand, compétent en matière d'espionnage, avait déjà décidé de se saisir de cette enquête, évoquant un «contexte politique».

«Vous avez expulsé nos diplomates, nous expulsons les vôtres. C’est tout», a déclaré le président russe Vladimir Poutine répondant à des questions de journalistes sur ce sujet après un sommet au «format Normandie» qui s’est tenu à Paris le 9 décembre.

C’est un combattant, très cruel et sanguinaire. L'une des opérations à laquelle il a participé a fait 98 morts. Il était l'un des organisateurs de l’attentat du métro de Moscou

Interrogé au sujet de l'affaire par un journaliste allemand, le chef de l'Etat russe s’est également exprimé sur l'identité et les antécédents de la victime, un Géorgien d'origine tchétchène, nommé Tornike K. et identifié comme étant Zelimkhan Khangochvili. Vladimir Poutine a affirmé que ce dernier avait «participé à des activités séparatistes» et était recherché par les services russes.

«C’est un combattant, très cruel et sanguinaire. L'une des opérations à laquelle il a participé a fait 98 morts. Il était l'un des organisateurs de l’attentat du métro de Moscou», a déclaré Vladimir Poutine. Le président russe n’a pas précisé de quel attentat il s’agissait mais Moscou a connu une série d'explosions meurtrières à partir de 1996. Les attentats dans le métro de la capitale russe ont fait, au total, 106 morts et 520 blessés dans la période entre 1996 et 2010. 

Le ministère russe des Affaires étrangères, de son côté, avait évoqué un acte «injustifié» concernant la mesure allemande et promis des représailles. «Nous considérons que les déclarations faites par la partie allemande concernant l'expulsion de deux employés de l'ambassade de Russie à Berlin sont hostiles et sans fondement. Une approche politisée de questions relatives à une enquête est inadmissible. Nous sommes contraints de prendre une série de mesures de rétorsion», avait déclaré la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova.

Un Géorgien tué par balle au beau milieu d'un parc à Berlin

Le 23 août, en plein jour, dans un parc du centre de la capitale allemande, un Géorgien issu de la minorité tchétchène du pays et identifié comme Tornike K., a été tué de trois balles tirées d'une arme avec silencieux. Des témoins ont évoqué une «exécution». Tornike K. avait participé à la deuxième guerre de Tchétchénie contre la Russie, avant d'entrer dans une unité anti-terroriste du ministère géorgien de l'Intérieur, tout en gardant des liens avec les milieux islamistes dont il était proche. Il était considéré par Moscou comme terroriste. Déjà visé par plusieurs tentatives d'assassinat, il avait émigré quelques années avant sa mort en Allemagne.

Selon le parquet fédéral allemand, chargé des affaires d'espionnage, le meurtre aurait été commis «soit pour le compte d'entités étatiques de la Fédération de Russie, soit pour le compte de la République autonome tchétchène». Le meurtrier présumé est un Russe, depuis emprisonné à Berlin où il garde le silence. Cet homme aurait été détenteur de papiers d'identité au nom de Vadim Sokolov, 49 ans, qui ne figurent pas dans les bases de données russes. Il était entré en Allemagne, en passant par la France, deux jours avant le meurtre.

Lire aussi : Selon Poutine, le Géorgien tué en Allemagne était «un combattant, très cruel et sanguinaire»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»