Jérusalem : la mosquée al-Aqsa en feu au troisième jour de heurts (VIDEO)

La mosquée al-Aqsa, capture d'écran de @real_sumaira
La mosquée al-Aqsa, capture d'écran de @real_sumaira

Les affrontements entre les palestiniens et la police israélienne à Jérusalem sur l’Esplanade des mosquées, un lieu sacré pour les deux religions, se sont intensifiés en ce troisième jour, avec un incendie dans la mosquée al-Aqsa.

Selon des photos apparues sur les réseaux sociaux, l’incendie a eu lieu au sein de la mosquée où se sont réfugiés des palestiniens, qui se défendent en jetant des pierres sur les policiers.

La police israélienne a essayé de prendre d’assaut la mosquée, mais de jeunes arabes masqués ont commencé à jeter des pierres sur les agents», a annoncé le service de presse de la police israélienne. Selon les photos publiées sur Twitter, il y a des blessés alors que l’intérieur de la mosquée a souffert d’importants dommages.

Les affrontements sont ininterrompus depuis dimanche 13 septembre. A l'approche des fêtes de Roch Hachana, qui marque le nouvel an juif, les tensions étaient montées, autour de ce lieu vénéré par les deux religions, mais dans lequel un statu quo interdit aux Juifs de prier. Les autorités palestiniennes craignent une remise en question de ce statu quo, sollicitée par des activistes israéliens, mais nié par le Premier ministre Benjamin Netanyahou.

Les violentes réactions d’Israël ont provoqué l’indignation de la Turquie, qui a appelé les autorités israéliennes  à «cesser immédiatement les provocations». Elle a accusé Israël de «jouer avec le feu» et a qualifié les affrontements avec les musulmans dans la mosquée de «tentative de regagner le contrôle du complexe pour en limiter l’accès», a souligné le porte-parole du président turc Ibrahim Kalin. Pour la Turquie, ils essaient de légitimer l’entrée des colons juifs animés de sentiments radicaux.

Washington n’est pas resté en marge non plus et a appelé au maintien du statu quo entre les parties, néanmoins, en ne critiquant pas directement Israël. «Nous condamnons toute violence. Il est important que les pays montrent de la retenue et se refusent aux actions provocatrices» a annoncé le chef du service de presse de la Maison-Blanche en remarquant que, selon ses informations, ce sont les arabes qui ont commencé à jeter des pierres.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales