Réécrire l'histoire ? La France veut un Observatoire de l’enseignement de l’histoire en Europe

Réécrire l'histoire ? La France veut un Observatoire de l’enseignement de l’histoire en Europe© YVES HERMAN Source: Reuters
Le siège de la Commission européenne à Bruxelles (image d'illustration).

Sous l'impulsion de la France, 23 Etats acceptent de créer un Observatoire de l’enseignement de l’histoire en Europe. Dans ses ambitions, cette institution veut «favoriser le renforcement d’une conscience européenne commune». Dangereux ou ambitieux ?

Le politique veut-il se servir de l'école et de l'histoire pour promouvoir et propager son projet ? Sous l'impulsion du fédéraliste assumé et ex-eurodéputé Les Républicains Alain Lamassoure, et de la secrétaire d'Etat chargée des Affaires européennes Amélie de Montchalin, la France se lance dans la création d'un Observatoire de l’enseignement de l’histoire en Europe.

Comme expliqué dans la présentation, l'Observatoire «suscitera le débat et permettra de partager et de diffuser des bonnes pratiques en matière d’enseignement de l’histoire». Il s'agira dans un premier temps de réaliser «un état des lieux» de l'enseignement de l'histoire européenne au sein des pays, pour ensuite «promouvoir les pratiques encourageant un enseignement de l’histoire conforme aux valeurs du Conseil de l’Europe». Cette ambition se porte sur l'ensemble du continent, au-delà de l'espace Schengen ou des membres de l'Union européenne. La première difficulté apparaît dès lors rapidement : l'Europe géographique ne coïncide pas forcément avec le projet d'Europe politique (l'UE), avec des Etats aux cultures et/ou aux intérêts économiques et politiques différents.

Derrière la fondation de l'Observatoire, ne se cacherait-il pas, finalement, la volonté d'imposer une vision unique de l'histoire européenne, avec une vérité qui serait enseignée dans nos établissements ? Non, tente de rassurer l'Observatoire sur sa page internet. Toutefois, le «en même temps» macronien n'est jamais bien loin.

Dans la présentation il est clairement énoncé une interprétation de l'histoire qui servirait de base à l'organisation. Il est ainsi dit : «Au XXe siècle, une vision biaisée de l’histoire, nourrie par des discours bellicistes, a contribué à l’expansion des nationalismes et aux pires guerres que notre continent ait connues.» Cette phrase aussi critiquable historiquement pose plusieurs questions. Parmi celles-ci : l'Observatoire a-t-il la solution pour en finir avec les carnages ?

Amélie de Montchalin affirme de fait, dans une vidéo d'explication, que beaucoup «des enfants, des adolescents, des lycéens d'aujourd'hui n'apprennent pas l'histoire de l'Europe, l'histoire de la réconciliation européenne». A les entendre, avant l'UE, il n'y aurait eu que nationalismes, conflits, guerres... Amélie de Montchalin, comme Alain Lamassoure, semblent en permanence confondre (volontairement ?) l'Europe et l'Union européenne, vue par eux comme un espace de paix et vertueux. 

Par ailleurs, concernant le cas spécifiquement français, dans les faits, que ce soit au collège ou au lycée, les programmes scolaires démentent l'affirmation d'Amélie de Montchalin. L'Europe est apprise sous plusieurs facettes, avec l'acquisition de savoirs sur l'héritage grec, sur la guerre froide – particulièrement à Berlin, sur la construction européenne, etc. 

Le mantra de l'Observatoire : l'Europe c'est la paix, 

Sauf que ce savoir-là ne semble convaincre ni Alain Lamassoure ni Amélie de Montchalin. Pour l'ancien eurodéputé, dans «la moitié des 28 pays de l'UE», l'histoire de la construction européenne, «qui a fait la réconciliation de nos peuples, n'est pas enseignée du tout». Pour la macroniste, les enfants apprennent même parfois, «une histoire qui les inciterait plutôt à exacerber les tensions». Alain Lamassoure assure que les méthodes et les programmes entre «les pays sont si différents» qu'il «espère que chacun s'inspirera de ce qui fonctionne le mieux chez l'autre». Une vision pour le moins optimiste, sachant que l'UE est non seulement traversée par des divergences idéologiques mais que persiste aussi, entre européens, une dissonance sur les points d'histoire, liés notamment aux derniers conflits ou guerre froide. Par voie de conséquence, les propos d'Alain Lamassoure ne trahissent-ils pas l'objectif, celui du politique voulant se substituer au travail d'historien ? 

Amélie de Montchalin assure en somme que l'Observatoire, avec l'enseignement de l'histoire, permettra de «créer les conditions d'une paix durable, celle que l'Union européenne et le Conseil de l'Europe nous assurent depuis 70 ans». Si le Conseil de l'Europe date bien de 1949 (avec, en 2019, 47 Etats membres) dans un espace géographique s'étendant de la Russie, de la Turquie, du Caucase jusqu'au Portugal et l'Islande, l'Union européenne, pour sa part, n'est créée, en tant que telle, qu'avec le traité de Maastricht, signé en 1992. Peut-on également parler de paix uniforme, lorsque des Etats membres de l'UE ou du Conseil de l'Europe ont été parties prenantes de la guerre froide, de la crise des euromissiles en RFA (l'actuelle Allemagne de l'Ouest), ou dans la guerre en ex-Yougoslavie dans les années 90 ?

L'intention de l'Observatoire semble claire. Il s'agit d'«un moyen de favoriser le renforcement d’une conscience européenne commune». Une gageure quand on note la présence de certains des 23 signataires, en faveur d'un tel observatoire. Parmi les membres se trouvent la Russie, la Turquie, Monaco, la Suisse, etc. Nul doute que chacun voudra amener sa pierre à un édifice bien bancal. Encore faut-il d'ailleurs que cet observatoire ne soit pas qu'une vitrine de communication, comme c'est le cas dans la création de la plupart des comités Théodule.

Si l'Observatoire a une finalité encore inconnue (l'Observatoire voudra-t-il imposer un programme d'histoire à tel ou tel pays ?) et des contours flous, la France a malgré tout annoncé avoir adressé «une contribution exceptionnelle de 200 000 euros au budget du Conseil de l’Europe pour financer la phase de lancement du projet». Après tout, quand il n'y a plus de moyen pour l'Observatoire sur la pauvreté, il y en a bien pour un Observatoire «eurobéat».

BG

Lire aussi : Immigration clandestine : le président bulgare dénonce les propos «de bas étage» d'Emmanuel Macron

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»