Liban : nouveaux heurts après le discours du président Michel Aoun

Liban : nouveaux heurts après le discours du président Michel Aoun© Joseph EID Source: AFP
Un manifestant brandit le drapeau libanais devant une route reliant la ville de Tripoli à Beyrouth, le 13 novembre 2019.

Dans la nuit du 12 au 13 novembre, des manifestations sporadiques ont éclaté après l’invention du président libanais à la télévision. Ce dernier a invité les Libanais qui seraient contre le prochain gouvernement à quitter le pays.

Beyrouth ainsi que plusieurs villes libanaises ont été le théâtre de nouvelles manifestations sporadiques dans la nuit du 12 au 13 novembre à l’issue de l’intervention du président Michel Aoun. Lors d'une déclaration télévisée, celui-ci a notamment proposé la constitution d’un gouvernement composé de technocrates et d'hommes politiques. Une proposition de sortie de crise qui ne satisfait pas nombre de Libanais appelant de leurs vœux un gouvernement composé uniquement d'indépendants et de technocrates.

Si, au sein de l'Etat, il n'y a personne qui leur convient, qu'ils émigrent

Mais une déclaration en particulier a suscité la colère de la rue : «Où est-ce que je peux aller les chercher [ces personnalités indépendantes] ? Sur la Lune ?», a lancé le chef de l’Etat libanais en réponse à la principale exigence des manifestants. «Si, au sein de l'Etat, il n'y a personne qui leur [aux manifestants] convient, qu'ils émigrent», s'est-il emporté. En réponse à cette fin de non-recevoir, certains contestataires ont bloqué des routes en brûlant des pneus.

Dans la capitale, écoles et banques sont restées fermées ce 13 novembre alors que des manifestants ont décidé de converger devant le palais présidentiel pour protester contre l'intervention du président libanais. 

Un mort dans des circonstances encore floues

Les tensions ont par ailleurs été ravivées par le décès par balle d’Alaa Abou Fakhr, un cadre du Parti socialiste progressiste, dans la localité de Khaldé, au sud de Beyrouth. Dans un premier temps, l'armée avait rapporté un incident à Khaldé au passage d'un véhicule militaire, sur une route coupée par un groupe de manifestants, assurant qu'un soldat avait été «contraint d'ouvrir le feu pour disperser» les contestataires, «blessant une personne». Une enquête a été ouverte et le militaire auteur du coup de feu a été interpellé. Il s'agit du deuxième décès depuis la naissance du mouvement de contestation le 29 octobre dernier. 

Lire aussi : Liban : des milliers de manifestants pro et anti-pouvoir occupent tour à tour la rue

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»