Aide financière aux djihadistes détenues en Syrie : sept personnes mises en examen

- Avec AFP

Aide financière aux djihadistes détenues en Syrie : sept personnes mises en examen© GEORGES OURFALIAN / AFP
Image d'illustration : des soldats de l'armée syrienne marchent dans les débris d'un camp de réfugiés au nord d'Alep en 2016.

Plusieurs individus, soupçonnés d'avoir récolté de l'argent destiné à aider des femmes djihadistes actuellement détenues dans le nord de la Syrie à quitter le pays, ont été mis en examen en France, mais également en Belgique.

Sept personnes, dont trois détenus du centre pénitentiaire de Valence (Drôme), ont été mises en examen le soir du 18 octobre pour «financement du terrorisme» et «association de malfaiteurs terroriste» après quatre jours d'interrogatoire. Un seul de ces suspects a été laissé libre sous contrôle judiciaire. Ces sept personnes, interpellées le 15 octobre, sont soupçonnées d'avoir récolté de l'argent destiné à des femmes djihadistes actuellement détenues dans le nord de la Syrie, pour les aider à fuir, selon des sources proches de l'enquête.

Ces sept suspects avaient été placés en garde à vue le matin du 15 octobre après une opération de police menée par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) dans une enquête préliminaire du parquet national antiterroriste (PNAT).

Lors des perquisitions dans les cellules des détenus, des téléphones et des clés USB avaient été saisis.

Dans une enquête distincte, mais néanmoins liée, deux personnes ont été inculpées le 16 octobre en Belgique pour «participation aux activités d'un groupe terroriste». Lors de perquisitions chez ces deux suspects, entre 8 000 et 10 000 euros ont été découverts par les enquêteurs.

Selon le parquet fédéral belge, l'argent collecté en France et en Belgique devait permettre à un certain nombre de femmes (le chiffre total n'a pas été précisé) de payer des passeurs pour fuir le ou les camps de Syrie où elles sont retenues.

Ces enquêtes interviennent dans un contexte de chaos sécuritaire dans le nord-est de la Syrie depuis l'offensive militaire lancée le 9 octobre par la Turquie voisine contre les forces kurdes.

L'invasion suscite l'inquiétude quant à l'éventualité de voir des milliers de djihadistes du groupe Etat islamique - notamment les combattants européens - en profiter pour s'évader des centres de détention gérés par les Kurdes.

Dans une prise de parole inédite le 19 octobre, le coordonnateur des juges antiterroristes David De Pas a mis en garde contre le «risque de sécurité publique» que font courir les tergiversations des autorités sur le sort des djihadistes français détenus en Syrie.

Dans un entretien à l'AFP, le magistrat a listé les menaces qui pourraient découler d'une dispersion incontrôlée de ces détenus, notamment des «migrations incontrôlées des djihadistes vers l'Europe avec le risque d'attentat par des personnes très idéologisées» et de «nouveaux phénomènes de filières, des appels d'air de ressortissants français vers ces groupes-là».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»