Pays-Bas : mobilisation des agriculteurs qui refusent d'être blâmés pour les émissions de pollution

Pays-Bas : mobilisation des agriculteurs qui refusent d'être blâmés pour les émissions de pollution© EVA PLEVIER Source: Reuters
Des agriculteurs néerlandais sont venus protester en tracteur à La Haye au Pays-Bas, le 16 octobre.

La circulation sur certains des axes les plus fréquentées des Pays-Bas était à l'arrêt le 16 octobre, les agriculteurs protestant contre des mesures visant à restreindre la production alimentaire pour limiter les émissions d'azote des élevages.

Depuis plusieurs semaines, les agriculteurs néerlandais multiplient les rassemblements et les actions de blocage, afin de protester contre l’instauration de mesures visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre dans le pays.

Le 16 octobre, il s'agissait de la troisième journée de manifestation consécutive dans le cadre de cette campagne née d'une décision de justice rendue en mai dernier, selon laquelle leurs élevages sont considérés en violation des règles européennes sur les émissions d'azote, et qui contraint le gouvernement à faire son possible pour les réduire.

Dans cette optique, les autorités envisagent d’imposer de nouvelles restrictions sur la production alimentaire, en dépit des préoccupations exprimées par les agriculteurs. Si l'élevage de bétail est l'une des principales causes de pollution par l'azote, les agriculteurs néerlandais estiment d'une part être accusés de manière disproportionnée, et d'autre part que leur rôle dans la production alimentaire est négligé.

Les convois de tracteurs sont partis tôt, le 16 octobre au matin pour la ville d'Utrecht, avant de se rendre à La Haye, où des manifestations distinctes étaient prévues. Plus de 375 kilomètres de routes ont été bloqués, en particulier autour de la ville d'Utrecht, selon l'agence de presse Reuters.

Utrecht était un symbole pour les agriculteurs, un institut gouvernemental pour l'environnement – qui selon eux est responsable de la publication d'informations erronées sur les émissions d'azote – y étant situé. «L'année dernière, vous n'entendiez pas parler d'azote, et c'est subitement devenu une question de vie ou de mort», a lancé un responsable d'un syndicat sur la chaîne publique NOS. «Ce sont les habitants des villes qui ont deux plantes sur leur balcon, qui disent que "la nature souffre"», s'est-il indigné.

Lire aussi : Extinction Rebellion, vrai faux mouvement spontané ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»