Offensive turque en Syrie : un convoi de civils dans lequel se trouvaient des journalistes bombardé

Offensive turque en Syrie : un convoi de civils dans lequel se trouvaient des journalistes bombardé© Nazeer Al-khatib / AFP Source: AFP
Ras al-Aïn le 12 octobre (image d'illustration).

Alors que l'armée turque poursuit son offensive en Syrie, plusieurs médias rapportent la mort d'au moins un journaliste lors du bombardement d'un convoi de civils kurdes dans lequel se trouvaient des reporters étrangers, à la frontalière syrienne.

Plusieurs personnes, dont un journaliste, ont été tuées le 13 octobre dans un bombardement attribué à l'armée turque ou aux forces pro-turques visant un convoi de civils kurdes, dans la localité syrienne de Ras al-Aïn, rapporte France 24. Selon un dernier bilan cité par France 2, 14 personnes seraient mortes et une vingtaine auraient été blessées.

«Notre équipe va bien mais des confrères sont morts», a rapporté Stéphanie Perez, grand reporter à France Télévisions, qui a déclaré sur Twitter avoir été présente dans «le convoi de civils kurdes pris pour cible par les forces turques ou leurs alliés». 

Aucune information sur le nom ou la nationalité du journaliste tué n'a pour l'heure été confirmée. Selon France 24, «deux journalistes français auraient également été blessés lors de cette attaque».

Cette nouvelle intervient alors que l'offensive d'Ankara dans le nord de la Syrie contre une milice kurde, débutée le 9 octobre, se poursuit. Ce 13 octobre, l'agence de presse syrienne Sana a fait état du déploiement de troupes de l'armée loyaliste dans le Nord pour «affronter l'agression» de la Turquie

La Turquie, qui déclare vouloir instaurer une «zone de sécurité» pour séparer la milice kurde des YPG de sa frontière, est vivement critiquée, notamment par ses alliés français ou allemands au sein de l'OTAN. Après avoir suspendu les exportations d'armements à destination de la Turquie, le gouvernement français multiplie les appels à mettre fin à l'offensive. Emmanuel Macron a de nouveau enjoint le 13 octobre la Turquie à suspendre son attaque, accusée de «créer des situations humanitaires insoutenables et, d'autre part, d'aider Daesh à réémerger dans la région».

Lire aussi : Un millier de soldats américains vont quitter le nord de la Syrie, selon le chef du Pentagone

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»