Fuite de proches de djihadistes en Syrie : Paris presse Ankara d’achever son opération

Fuite de proches de djihadistes en Syrie : Paris presse Ankara d’achever son opération© Bakr ALKASEM / AFP Source: AFP
Tal Abyad pendant l'offensive turque le 13 octobre.

Sibeth Ndiaye a appelé Ankara à «termine[r] au plus vite» son opération contre les Kurdes, tandis que le gouvernement français s'inquiète de la fuite de 800 proches de djihadistes étrangers de Daesh d'un camp de Syrie en raison de l'intervention.

L'exécutif français, par la voie sa porte-parole, s'inquiète de la fuite de 800 proches de djihadistes étrangers de Daesh d'un camp en Syrie et appelle la Turquie à «termine[r] au plus vite son intervention» contre les Kurdes, qu'elle a condamnée à plusieurs reprises.

«Evidemment que nous sommes inquiets par rapport à ce qui pourrait se passer et c'est la raison pour laquelle nous souhaitons que la Turquie [...] termine au plus vite l'intervention qu'elle a commencée, que nous avons évidemment condamnée», a déclaré Sibeth Ndiaye dans l'émission Dimanche en Politique sur France 3, le 13 octobre.

Les indépendantistes kurdes, qui contrôlent une partie du nord de la Syrie, ont annoncé plus tôt, dans des propos rapportés par l'AFP, la fuite de près de 800 proches de djihadistes étrangers de l'EI d'un camp de déplacés du nord de la Syrie, à proximité de la zone de combats entre forces kurdes et pro-turques.

L'administration semi-autonome a rapporté la fuite de 785 proches de djihadistes, assurant que «le camp d'Aïn Issa était désormais sans gardes». 

La France a d'ores et déjà suspendu, comme l'Allemagne et les Pays-Bas, ses exportations d'armes vers la Turquie le 12 octobre en réponse à l'offensive lancée par Ankara le 9 octobre sur le nord de la Syrie.

Des condamnations qui, semble-t-il, n'ont guère entamé la détermination du gouvernement turc à poursuivre son offensive contre les milices kurdes. Ankara a annoncé le 12 octobre qu'elle avait pris le contrôle de la ville de Ras al-Aïn, ce qui est contesté par les Forces démocratiques syriennes (FDS). 

«Peu importe ce que certains disent, nous ne stopperons pas cette [opération]», a assuré de son côté le président Recep Tayyip Erdogan le 11 octobre. 

Lire aussi : Offensive turque en Syrie : la France va arrêter d'envoyer du matériel de guerre à Ankara

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»