«Semer la terreur» : l'Etat islamique appelle à de nouvelles attaques en Tunisie

«Semer la terreur» : l'Etat islamique appelle à de nouvelles attaques en Tunisie Source: AFP
Les forces de sécurité tunisiennes maintiennent un périmètre de sécurité près d'un arrêt de bus à Tunis où un homme portant une ceinture d'explosifs s'est fait exploser, le 3 juillet 2019 (image d'illustration).

Près de trois semaines après avoir revendiqué les deux attentats-suicides qui ont frappé la capitale de tunisienne, le groupe Etat islamique a appelé dans la nuit du 16 au 17 juillet à mener de nouvelles attaques dans le pays.

Dans une vidéo diffusée dans la nuit du 16 au 17 juillet, le groupe Etat islamique (EI), a appelé à de nouvelles attaques en Tunisie. La séquence montrant plusieurs hommes, visages dissimulés, prêter allégeance au chef de l’organisation terroriste Abou Bakr al-Baghdadi, a été relayée par le compte Telegram de l’organisation terroriste.

«Vos soldats et vos fils en terre de Kairouan [considérée comme la 4e ville sainte de l'Islam], se portent bien», a déclaré l'un d'eux, surnommé «Abou Omar al-Tounsi [le Tunisien]», s'adressant à Abou Bakr al-Baghdadi. Un autre djihadiste surnommé «Abou Khaled al-Tounsi [le Tunisien]», a appelé à «semer la terreur» dans le pays. Signé du «bureau médiatique de l'EI en Tunisie», la vidéo de propagande – dont l’authenticité n’a pas été confirmée – aurait été filmée sur le territoire tunisien. 

Après avoir vécu une transition politique difficile au sortir de la révolution de 2011, la Tunisie est toujours confrontée à un défi de poids : la sécurisation de son territoire face à la menace terroriste. Les deux derniers attentats à Tunis survenus le 27 juin dernier viennent s’ajouter à une liste déjà fournie. Dans la seule capitale, quatre attaques notables ont été commises dont celui visant le musée du Bardo en mars 2015 qui avait fait 22 morts.

Plus récemment, dans la nuit du 2 au 3 juillet, un djihadiste présumé recherché par les autorités tunisiennes est mort lors d'une opération de police après avoir activé sa ceinture explosive. 

Lire aussi : Frappée une nouvelle fois au cœur, la Tunisie peine à vaincre la menace terroriste

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»