La remarque de Johnson sur les «cons» de Français censurée par la BBC à la demande de son ministère

La remarque de Johnson sur les «cons» de Français censurée par la BBC à la demande de son ministère © Ben Stansall Source: AFP
L'ancien ministre des Affaires étrangères britannique et favori au poste de Premier ministre Boris Johnson (image d'illustration).

Lorsqu'il était encore chef de la diplomatie, Boris Johnson s'est emporté contre les «cons» de Français. Filmée par la BBC, sa déclaration devait être diffusée dans un documentaire, mais la chaîne publique l'a coupée sous la pression du ministère.

C'est une anecdote qui révèle autant le manque de sens diplomatique de l'ancien ministre des Affaires étrangères Boris Johnson, que le niveau d'indépendance de la BBC vis-à-vis du pouvoir : selon le Daily Mail, à la demande expresse du ministère, la chaîne publique britannique a accepté de censurer d'un de ses reportages une remarque désobligeante de Boris Johnson vis-à-vis de Paris.

Dans ce reportage consacré à celui qui part désormais favori à la succession de Theresa May, et diffusé en novembre dernier, la BBC a ainsi accepté de ne pas diffuser une séquence où il qualifie les Français de «cons» pour leur attitude dans les négociations autour du Brexit. Selon plusieurs diplomates cités par le quotidien, une telle remarque aurait suscité le courroux le président français Emmanuel Macron et compliqué encore plus les négociations.

Cette information est corroborée par une note de service du ministère datée du 13 novembre, à laquelle le Daily Mail a eu accès. Dans celle-ci, le ministère expliquait que la remarque de Boris Johnson aurait rendu les relations franco-britanniques «délicates». «Nous avons négocié la suppression d'un moment potentiellement gênant où l'ancien secrétaire aux Affaires étrangères a qualifié les Français de "cons" pour ne pas distraire du reste du programme», y est-il précisé.

Si cette révélation fragilise la position de Boris Johnson à la tête du Parti conservateur, elle interroge également sur les pratiques de la BBC. La chaîne publique, qui a dans un premier temps refusé de retirer le passage en question selon le Daily Mail, au motif qu'il donnait un aperçu fidèle à la réalité du travail de Boris Johnson au ministère, a finalement capitulé face aux arguments du ministère. Ce dernier lui avait répliqué que la diffuser pourrait non seulement causer d'«important dommages» à la Grande-Bretagne, mais se moquerait en outre de l'objectif initial qu'avait le gouvernement en acceptant ce documentaire, à savoir «promouvoir le Royaume-Uni auprès du public britannique».

Cité par le Daily Mail, un porte-parole de la chaîne publique a laconiquement défendu la décision de la chaîne : «Le programme a été conçu pour refléter la réalité de la vie au sein du ministère des Affaires étrangères, l'équipe de production a émis des jugements sur son contenu et est satisfaite que le programme atteigne ses objectifs et dispose du contenu souhaité.»

Lire aussi : Boris Johnson, favori pour remplacer Theresa May... et spécialiste des coups d'éclat

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»