Le ministre britannique de l'Intérieur a signé l'ordonnance d'extradition d'Assange aux Etats-Unis

Le ministre britannique de l'Intérieur a signé l'ordonnance d'extradition d'Assange aux Etats-Unis© Henry Nicholls Source: Reuters
Un manifestant tient une pancarte pour la libération de Julian Assange, devant la Cour de Westminster, le 2 mai à Londres.
Suivez RT France surTelegram

Sajid Javid, le ministre britannique de l’Intérieur, a annoncé ce 13 juin avoir signé l'ordonnance d'extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis. La justice britannique doit toutefois se prononcer avant que l'extradition ne soit entérinée.

Selon le quotidien britannique The Guardian, le secrétaire d'Etat à l'Intérieur, Sajid Javid, a révélé avoir signé le 12 juin une demande d'extradition du fondateur de WikiLeaks Julian Assange émise par les Etats-Unis. Le département américain de la Justice a annoncé 18 chefs d’inculpation à l’encontre du lanceur d'alerte, dont 17 relèvent de l’Espionage Act. Julian Assange encourt une peine de 170 ans de prison.

Une demande d'extradition signée sans hésiter

Sajid Javid a déclaré dans une émission de la BBC le 13 juin à propos du fondateur de WikiLeaks : «Il est détenu à juste titre. Une demande d'extradition a été émise par les Etats-Unis, elle sera examinée par la Cour demain. Mais hier, j'ai signé l'ordre d'extradition, je l'ai certifié, et le document sera présenté à la Cour demain.»

«C'est à la Cour de rendre sa décision. Mais le secrétaire d'Etat a une grande part à jouer, et je veux que justice soit faite systématiquement. Et nous avons reçu une demande d'extradition légitime, alors je l'ai signée, mais la décision finale revient à la Cour», a-t-il ajouté.

L’audience, à laquelle Julian Assange devait comparaître le 30 mai par vidéo-conférence depuis la prison de Belmarsh, a été reportée au 14 juin par le tribunal londonien de Westminster. Le tribunal a ainsi répondu favorablement à la requête des avocats de la défense, qui avaient plaidé en faveur d’un report de l'audience au regard du mauvais état de santé de leur client.

Julian Assange avait été interpellé le 11 avril à la suite d'une demande d'extradition formulée par les Etats-Unis. Washington avait dans un premier temps annoncé l'avoir inculpé pour association de malfaiteurs en vue de réaliser un «piratage informatique», une peine passible de cinq ans de prison. Mais d'autres charges sont venues par la suite alourdir le dossier du lanceur d'alerte, lqui risque désormais une peine infiniment plus lourde.

Washington lui reproche d'avoir dévoilé en 2010 environ 750 000 documents militaires et diplomatiques sur les guerres d'Irak et d’Afghanistan, qui faisaient état de nombreuses bavures commises par l'armée américaine. 

Lire aussiImages exclusives de Julian Assange (VIDEO)

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix