Crise des migrants : la pomme de discorde de l’Union européenne

Des migrants en Hongrie Source: Reuters
Des migrants en Hongrie

Dimanche, Laurent Fabius a jugé «scandaleuse» l'attitude de certains pays envers les migrants. Mais en réalité, toute l'UE échoue à régler efficacement le problème migratoire en ne donnant pas de réponse commune à la crise, plus grave chaque jour.

«Quand je vois un certain nombre de pays d’Europe qui n’acceptent pas les contingents (de répartition des exilés, NDLR), je trouve ça scandaleux», a déclaré Laurent Fabius aux médias Europe 1, RTL, et Le Monde, en ajoutant que ces pays se trouvent «dans l’est de l’Europe».

La critique la plus acérée a été adressée à la Hongrie qui, selon lui, «ne respecte pas les valeurs communes de l’Europe» en posant des grillages sur sa frontière. Il pense que la Hongrie doit démanteler ce mur de 175 kilomètres le long de sa frontière avec la Serbie et que l’Union européenne doit avoir «une discussion sérieuse et sévère» avec les dirigeants hongrois.

La Commission européenne souhaite en effet répartir les migrants selon des quotas pour chaque pays européen afin de soulager le sort des pays sur lesquels ils posent pied. Mais certains sont opposés à ce plan, comme la Hongrie, l’Autriche, la Slovénie et la Slovaquie.

Dans une telle situation, Fabius a noté le comportement «très courageux» de l’Allemagne, qui reçoit 40% de migrants cette année et a déclaré que «la France est à ses côtés», en appelant les autres pays à prendre leurs responsabilités.

Mais de fait, les pays européens ne peuvent se mettre d’accord et rejettent la responsabilité l’un sur l’autre sans volonté d’agir unanimement contre la crise provoquée à l’origine par plusieurs interventions militaires de certains membres de l’UE sous mandat de l’OTAN. Les derniers exemples étant la Libye, que la coalition internationale a laissée dans le chaos et où transitent une grande majorité de migrants en Méditerranée, et la Syrie, où la guerre civile avec les rebelles soutenus par l’Occident a déplacé des millions d’habitants et participé au renforcement de l’emprise de Daesh.

Et l’Allemagne, si louée par Fabius, a clairement indiqué qu’elle ne désirait pas accueillir tous les migrants économiques, la France elle-même est confrontée à la crise de Calais. Et ce ne sont pas les seuls problèmes migratoires de l’Europe.

Les points sensibles de l'Europe
Les points sensibles de l'Europe

La solidarité européenne avec les migrants

Si on regarde les nouvelles récentes, on peut dire que beaucoup de pays européens, y compris l’Allemagne et la France, font face à de nombreux problèmes avec les migrants et parfois au lieu de les aider, ils font le contraire.

Les résultats de l'étude de l'Ipsos
Les résultats de l'étude de l'Ipsos

Alors que la Hongrie a érigé une clôture métallique le long de sa frontière avec la Serbie, les pays baltes ont refusé d’accueillir des migrants africains et les quotas proposés par la Commission européenne en mai 2015. Ces décisions ont été grandement influencées par les partis nationalistes en Estonie, Lettonie et Lituanie, en ce moment très populaires dans ces pays.

Si l'Union européenne s'efforce de trouver une réponse à la question des migrants dont le flux est sans précédent, les Pays-Bas s'apprêtent à durcir leur législation sur les conditions d'asile. Les autorités néerlandaises prévoient de supprimer les aides alimentaires et les aides au logement des candidats au statut de réfugié qui n’auront pas répondu aux critères fixés par la loi. Les étrangers déboutés de leur demande d'asile auront alors «quelques semaines» pour quitter le territoire s'ils n'acceptent pas de retourner dans leur pays d'origine.

Dans le même temps, l’Autriche a choisi le «dumping migratoire», en envoyant 500 migrants en Slovaquie voisine en raison de mauvaises conditions de vie dans les centres d'hébergement autrichiens. De nombreux opposants ont qualifié cette décision de «dégoûtante» et de «dumping d'asile».

En savoir plus : Dumping migratoire : l'Autriche expédie «temporairement» 500 migrants vers la Slovaquie

Ce projet a suscité l'«horreur» et le «dégoût» de Heinz Patzelt, le secrétaire général d'Amnesty International en Autriche, selon le quotidien autrichien Kurier. Le Parti Vert autrichien n'a, lui non plus, pas manqué de qualifier le projet des autorités de «dumping d'asile» dans une «logique néolibérale» selon laquelle «on fait des économies sur tout, même les droits de l'Homme».

L’Allemagne hospitalière

Laurent Fabius a cité l’Allemagne comme exemple de «comportement courageux», mais, elle ne veut pas accueillir pour autant tous les migrants qui fuient les conditions de vie désastreuses dans leur pays d’origine. Pour Angela Merkel, l’Allemagne n’a pas vocation à accueillir toute la migration économique. «Nous ne pouvons pas accorder l’asile à tous ceux qui arrivent ici à cause de notre situation économique plus avantageuse, à tous ceux qui croient qu’il est plus facile de trouver ici du travail», a-t-elle souligné.

D'où viennent les migrants?
D'où viennent les migrants?

De plus, afin de maitriser l’afflux des migrants sur le continent européen, la police allemande a proposé de réintroduire les contrôles frontaliers en Europe. En particulier la frontière avec l’Autriche, où la situation échappe au contrôle des autorités.

En savoir plus : Le plus court chemin n’est pas la ligne droite : des migrants visent l’Europe par le Cercle arctique

La lenteur du traitement des demandes d’asile par les autorités allemandes est un autre problème qui fait surgir des tensions. Malgré des journées de travail rallongées, les fonctionnaires débordés ne parviennent pas à raccourcir les files d’attente devant les centres d’accueil. La situation est tellement grave qu’une quinzaine de réfugiés syriens ont entamé, à Hoyerswerda, une grève de la faim en signe de protestation contre les délais d’examen de leurs dossiers.

Entretemps, les incidents avec les camps de migrants dans une Allemagne prétendue hospitalière, sont de plus en plus fréquents. Dernièrement, c’est un incendie dans un centre de réfugiés à Berlin, quelques jours après que des extrémistes ont mis le feu à un foyer accueillant des réfugiés à Heidenau.

En savoir plus : Allemagne: les autorités craignent de nouveaux heurts à Heidenau, les violences xénophobes perdurent

Les tensions à Heidenau ont pris de l’ampleur la semaine dernière alors que la police et ceux qui s'opposent à l'arrivée des migrants dans leur ville se sont affrontés, faisant une trentaine de blessés.

Source : Eurostat
Source : Eurostat

L’Italie, la Grèce… et leurs côtes prises d’assaut par les réfugiés

L’Italie est le point d’accueil principal des réfugiés en Europe, le pays a vu l'arrivée de 100 000 réfugiés par voie maritime depuis début 2015, d'après le ministère de l'Intérieur transalpin. Evidemment, elle ne peut pas contenir un tel afflux, et demande de l’aide à ses partenaires de l’Union européenne. Cependant, pour l’instant, cette aide est lente à venir et l’Italie donne aux migrants le droit de se déplacer et de quitter le pays. Nombreux sont ceux à partir à destination du nord, en particulier la France où ils rejoignent ceux qui essaient de traverser la Manche pour rejoindre la Grande-Bretagne.

Migrants traversant la Méditerranée
Migrants traversant la Méditerranée

L’autre pays qui fait face à un afflux de migrants sans précédent – c’est la Grèce, notamment l’île de Kos, où la situation continue de s’aggraver. Des centaines d’immigrés majoritairement d’origine syrienne et afghane ont été maltraités par la police, qui n’arrive pas à gérer la crise. Autour de 2 500 migrants ont été retenus dans un stade pendant 24 heures le 12 août. Une grande partie d’entre eux n’a pu s’abriter du soleil ni eu accès à de l’eau potable. Forcés de passer plusieurs heures sous une chaleur écrasante, il y a eu beaucoup de cas d’insolation et d’évanouissement, un homme a même fait une crise d’épilepsie.

En savoir plus : Grèce : Malgré la crise et les violences, les migrants continuent d'arriver sur l'île de Kos

La Macédoine, voisine de la Grèce, ne montre pas une grande volonté à participer à l’accueil de ces vagues migratoires et a déclaré l’état d’urgence jeudi, en déployant l’armée pour faire face à la crise. Des milliers de migrants arrivent chaque jour à la gare de la ville frontalière de Gevgelija, où ils tentent de monter dans un train qui les amènera vers la Serbie. La Macédoine est une étape populaire des voies de migration. Il s’agit de la «route des Balkans», empruntée par de nombreux réfugiés qui une fois débarqués en Grèce, cherchent à passer par les Etats des Balkans pour rejoindre les pays de l’UE les plus prospères. Malgré le fait que la Macédoine n’est pas le membre de l’UE, elle est critiquée pour avoir adopté un tel comportement envers les migrants par les pays européens… Qui, néanmoins, ne se montrent pas prêts à les aider.

Une carte de la route des Balkans
Une carte de la route des Balkans

Calais : la France et le Royaume-Uni coopèrent, les migrants restent

Même si Laurent Fabius pense que la France est «aux côtés de l’Allemagne» et gère bien la crise migratoire, il a oublié de mentionner le problème de Calais. La France et le Royaume-Uni se sont accordés pour renforcer la sécurité dans cette zone sensible de Calais, lutter contre les réseaux criminels de passeurs et contrôler l'immigration clandestine illégale, mais les migrants sont toujours sur place et personne ne veut les accueillir au-delà des quotas.

En savoir plus : La France et le Royaume-Uni se partagent le fardeau migratoire

De plus, il y a encore peu de temps, le Royaume-Uni considérait déployer son armée à Calais, alors que les Français de leur côté répliquaient en menaçant de «laisser filer les migrants» sur Londres.

La route maritime reste le passage le plus utilisé pour accéder à Europe, choisie par une majorité de migrants. D’après l’ONU, 300 000 d’entre eux ont déjà atteint les côtes européennes en 2015 via la Méditerranée. La mer s’est transformée en un véritable cimetière. Plus de 2 000 migrants clandestins y ont perdu la vie en tentant de rejoindre l’Europe, selon les chiffres de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

En savoir plus : Plus de 107 500 migrants ont atteint l’Europe depuis le début de l’année

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales