Bénin : les ex-otages n'auraient pas été enlevés en «zone rouge» comme l'affirmait Le Drian

Bénin : les ex-otages n'auraient pas été enlevés en «zone rouge» comme l'affirmait Le Drian© Francois Guillot Source: AFP
Jean-Yves Le Drian et Florence Parly, à l'aéroport de Villacoublay le 11 mai 2019.
Suivez RT France surTelegram

Jean-Yves Le Drian a estimé que la mort de deux soldats au Burkina Faso aurait pu être évitée si les touristes français enlevés au Bénin ne s'étaient pas rendus dans une zone «considérée depuis pas mal de temps comme une zone rouge». Qu'en est-il ?

Le gouvernement annonçait le 10 mai qu'une opération de libération d'otages au Burkina Faso avait coûté la vie à deux militaires français. Le lendemain, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian laissait entendre à l'antenne d'Europe 1 que le comportement de deux touristes français enlevés au Bénin, qui faisaient partie du groupe d'otages libérés, avait contribué à la mort des deux soldats.

«La zone où étaient nos compatriotes était considérée depuis déjà pas mal de temps comme une zone rouge, c'est-à-dire une zone où il ne faut pas aller, où on prend des risques majeurs en allant», a ainsi affirmé le chef de la diplomatie française avant de rappeler l'utilité des «conseils aux voyageurs» du Quai d'Orsay. «La plus grande précaution doit être prise dans ces régions pour éviter que de tels enlèvements n’aient lieu et pour éviter des sacrifices de nos soldats», a-t-il poursuivi.

Auteur: RT France

Cette consigne sur la Pendjari n'est arrivée qu'avec la mise à jour du 10 mai.

Réagissant à ces propos, un journaliste du magazine Marianne a toutefois relevé que la zone évoquée par le ministre «n'avait jamais été nommément citée, avant le 10 mai, par le Quai d'Orsay comme formellement déconseillée». «Cette consigne sur la Pendjari n'est arrivée qu'avec la mise à jour du 10 mai», a tweeté le journaliste.

Selon l'endroit exact, l'enlèvement peut avoir eu lieu, soit dans une zone classée avant cette mise à jour comme orange par le Quai d'Orsay (c'est-à-dire déconseillée aux touristes, à moins d'un impératif), soit dans une zone jaune (vigilance renforcée).

«Un examen de l’historique de la page du site du ministère des affaires étrangères permet assez facilement de constater que le parc [de la Pendjari] n’est mentionné explicitement, dans le texte et sur la carte mise en ligne, que depuis la dernière mise à jour, le 10 mai» explique de son côté Le Monde. De fait, sur la page relative au Bénin disponible sur le site du gouvernement, une mise à jour est bien notifiée en date du 10 mai.

Bénin : les ex-otages n'auraient pas été enlevés en «zone rouge» comme l'affirmait Le Drian© https://www.diplomatie.gouv.fr/
Capture d'écran de la page relative au Bénin disponible sur le site du gouvernement.

En outre, encore selon Marianne, un autre élément vient nuancer les sermons du ministre indirectement adressés aux otages français libérés. «Le parc de la Pendjari faisait l'objet d'une attention sécuritaire particulière, le président du Bénin élu en 2016 en ayant fait un chantier prioritaire de développement du tourisme, troisième pourvoyeur d'emplois du pays», précise en effet le magazine politique.

Lire aussi : Deux militaires français tués lors du sauvetage de quatre otages au Burkina Faso (EN CONTINU)

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix