Menacée de mort pour blasphème, la chrétienne Asia Bibi a quitté le Pakistan

- Avec AFP

Menacée de mort pour blasphème, la chrétienne Asia Bibi a quitté le Pakistan© ARIF ALI Source: AFP
Manifestants exigeant l'exécution d'Asia Bibi, en février 2019 (image d'illustration).

Menacée de mort au Pakistan, la chrétienne Asia Bibi a pu quitter le pays. Elle avait passé plus de huit ans dans les couloirs de la mort après des accusations de blasphème contre le prophète Mahomet avant d'être acquittée par la cour suprême.

Ce 8 mai, un cadre du gouvernement pakistanais a fait savoir à l'AFP qu'Asia Bibi avait quitté le Pakistan. L'annonce intervient plus de six mois après que cette chrétienne a été acquittée d'une condamnation à mort pour blasphème contre l'islam, condamnation qui avait suscité une vague d'indignation à l'étranger. «Asia Bibi a quitté le Pakistan de son plein gré», a précisé cette même source, qui a requis l'anonymat, confirmant une information relayée par plusieurs médias pakistanais dans la matinée. 

Tout en admettant ne pas avoir parlé directement à sa cliente, son avocat, Saiful Mulook, a déclaré à l'AFP avoir compris après s'être entretenu avec ses propres «sources», selon ses termes, qu'Asia Bibi serait au Canada, où ses filles ont fui il y a plusieurs mois. Les autorités pakistanaises et l'ambassade canadienne à Islamabad ne se sont toutefois pas encore prononcées officiellement sur sa destination ou les conditions de son départ. 

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, a fait part de sa satisfaction. «Très bonne nouvelle qu'Asia Bibi semble avoir quitté le Pakistan saine et sauve», a-t-il déclaré sur Twitter. «Avec des efforts concertés, de bonnes choses peuvent se produire», a-t-il ajouté. 

En novembre 2018, une vingtaine de parlementaires britanniques avaient écrit au Premier ministre Theresa May, afin de signifier qu'il était «inacceptable» de ne pas accorder l'asile à Asia Bibi. Selon l'Association britannique des chrétiens pakistanais, le Royaume-Uni aurait alors craint des troubles dans la communauté pakistanaise, très nombreuse dans le pays.

Querelle autour d'un verre d'eau à propos du prophète

Asia Bibi avait été condamnée à mort pour blasphème en 2010, après avoir été accusée par deux villageoises musulmanes avec qui elle travaillait d'avoir «insulté» le prophète Mahomet lors d'une querelle autour d'un verre d'eau. 

Asia Bibi avait eu une dispute avec une musulmane au sujet d'un verre d'eau. L’incident aurait commencé quand elle est allée chercher une tasse d’eau dans un puits pendant une chaude journée de cueillette de fruits. Selon son récit transcrit dans son autobiographie intitulée Blasphème, quand une femme musulmane l'a vue s'approcher de l'eau, elle aurait crié: «Ne bois pas cette eau, c'est haram [interdit] !» Elle s'est ensuite tournée vers les autres femmes présentes dans le champ, leur disant qu'Asia Bibi avait souillé l'eau du puits en en buvant. Plusieurs femmes l'ont ensuite qualifiée de «chrétienne immonde» et lui ont dit de se convertir à l'islam. «Je ne vais pas me convertir», aurait répondu Asia Bibi, avant d'ajouter : «Je crois en ma religion et en Jésus-Christ, qui est mort sur la croix pour les péchés de l'humanité. Qu'a fait votre prophète Mahomet pour sauver l'humanité ? Et pourquoi est-ce que ce devrait être à moi de me convertir et pas à vous ?» A ce moment-là, une femme lui aurait craché dessus et une autre l'aurait poussée. Quelques jours plus tard, Asia Bibi a été accusée de blasphème.

Son cas était devenu emblématique des dérives de la loi sur le blasphème au Pakistan, souvent instrumentalisée, selon ses détracteurs, pour régler des conflits personnels, par la diffusion de fausses accusations. 

Asia, ouvrière agricole chrétienne âgée d'une cinquantaine d'années, avait fini par être acquittée en octobre dernier par la Cour suprême pakistanaise, la plus haute instance judiciaire du pays, après avoir passé plus de huit ans dans les couloirs de la mort. Après son acquittement, des milliers d'islamistes du groupe Tehreek-e-Labaik Pakistan (TLP) avaient bloqué trois jours durant les principaux axes du pays pour exiger sa pendaison, le blasphème étant une question incendiaire au Pakistan. Cette même Cour suprême l'avait ensuite définitivement blanchie en janvier 2019, rejetant un recours contre son acquittement.

Depuis lors, Asia Bibi était vraisemblablement gardée en résidence surveillée, les conditions de son séjour ces derniers mois n'ayant pas été explicitées par Islamabad. Les chrétiens, qui comptent pour environ 2% de la population pakistanaise, à très large majorité musulmane, constituent l'une des communautés les plus déclassées du pays. Ils vivent souvent dans des bidonvilles et se voient offrir des emplois peu rémunérés de balayeurs, agents d'entretien ou cuisiniers.

Lire aussi : Le Royaume-Uni aurait refusé d’accueillir Asia Bibi par crainte de «troubles» islamistes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»