«Gilets jaunes radicalisés» ? Castaner interdit l'acte 20 sur les Champs-Elysées

«Gilets jaunes radicalisés» ? Castaner interdit l'acte 20 sur les Champs-Elysées© Philippe LOPEZ Source: AFP
Christophe Castaner et Nicole Belloubet sont auditionnés à la Commission des lois de l'Assemblée nationale, le 27 mars 2019.

Christophe Castaner était auditionné par la Commission des lois de l’Assemblée nationale. Assurant que les appels à manifester sur les Champs-Elysées étaient une «provocation à de nouvelles violences», il a énoncé une nouvelle interdiction.

En prévision de l’acte 20 des Gilets jaunes, le 30 mars, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a annoncé qu’il avait donné «des instructions extrêmement précises au préfet de police» afin d’interdire aux manifestants de défiler sur l’avenue des Champs-Elysées à Paris. Après les violences liées aux casseurs qui ont émaillé l'acte 18 du mouvement citoyen, notamment dans la capitale, les autorités avaient décidé d'interdire dans plusieurs endroits sensibles de différentes villes les manifestations de Gilets jaunes pour l'acte 19 de la mobilisation, le 23 mars. La célèbre artère parisienne figurait parmi cette liste.

«Nous devons faire face à des revendications qui ne sont plus des revendications si ce n'est celle de susciter le chaos. La preuve ? La décision qui a été prise dès [le 18 mars] des manifestants qui étaient sur Paris [le 16 mars] de revenir sur les Champs-Elysées et de nous demander que la manifestation ait de nouveau lieu sur les Champs-Elysées», a affirmé le patron de la place Beauvau en compagnie du ministre de la Justice Nicole Belloubet.

Militants d’extrême gauche […] rejoints par des Gilets jaunes radicalisés

Décrivant des cortèges composés de «militants d’extrême gauche […] rejoints par des Gilets jaunes radicalisés», Christophe Castaner s’est permis d’ironiser sur la difficulté, selon lui, de trouver des solutions susceptibles de mettre fin aux manifestations : «On sait bien qu'il n'y a pas une réponse qui va permettre de dire à ceux qui manifestent – et je ne parle pas des Gilets jaunes – "c'est bon vous avez gagné, rentrez chez vous"... Si ce n'est la décapitation du ministre de l'Intérieur en place de Grève [place où avaient lieu les exécutions publiques à Paris] mais je ne suis même pas sûr que ça suffise.»

Lire aussi : Loi anticasseurs, modification de doctrine, nouveau préfet : quels changements pour les policiers ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»