Mali : au moins 160 peuls morts dans le massacre d’un village

- Avec AFP

Mali : au moins 160 peuls morts dans le massacre d’un village© Daphné BENOIT Source: AFP
Un soldat français de la mission Barkhane met sa mitraillette en joue depuis un hélicoptère NH90 entre Gao et Menaka, au Mali, le 21 mars 2019.

La spirale des violences ne s’arrête pas au Mali. Au moins 160 personnes ont été tuées le 23 mars à l’aube par des membres présumés de groupes de chasseurs dogons près de la frontière avec le Burkina Faso.

Plus d'une centaine d'habitants d'un village peul du Mali ont été tués le 23 mars par des membres présumés de groupes de chasseurs dogons, près de la frontière avec le Burkina Faso, en pleine visite du Conseil de sécurité de l'ONU dans un Sahel en proie à la menace djihadiste.

Le 23 mars à l'aube, c'est un de ces groupes de chasseurs dogons présumés qui est à l'origine d'un carnage à Ogossagou-Peul, dans la zone de Bankass, près de la frontière avec le Burkina Faso, tuant plus d'une centaine de villageois, selon des sources concordantes. Selon un dernier bilan des autorités maliennes, 160 personnes ont péri dans cette attaque. 

«Le secrétaire général [Antonio Guterres] condamne fermement cet acte odieux et appelle les autorités maliennes à enquêter rapidement sur cette tragédie et à traduire ses auteurs en justice», rapporte un communiqué diffusé par l'ONU. Le représentant permanent de la France auprsè des Nations unies, François Delattre, a de son côté condamné une «attaque terrible».

Selon l'association de défense des droits des populations pastorales Kisal, qui avait signalé des «exactions perpétrées contre la communauté peule par des hommes armés habillés en chasseurs dans le cercle de Bankass», les personnes tuées incluent «le chef du village et sa famille, le marabout Bara Sékou Issa et toute sa famille». Selon des témoins, les cases du village ont été incendiées.

Depuis l'apparition il y a quatre ans dans le centre du Mali du groupe djihadiste du prédicateur Amadou Koufa, recrutant prioritairement parmi les Peuls, traditionnellement éleveurs, les affrontements se multiplient entre cette communauté et les ethnies bambara et dogon, pratiquant essentiellement l'agriculture, qui ont créé leurs propres «groupes d'autodéfense».

Des violences intercommunautaires qui surviennent sur fond de recrudescence d'actes terroristes

L'attaque est survenue six jours après un attentat djihadiste à Dioura, dans la même région mais beaucoup plus au nord, contre un camp de l'armée malienne, qui a perdu 26 hommes, selon un dernier bilan de source militaire.

Dans un communiqué de revendication diffusé le 22 mars, la principale alliance djihadiste du Sahel liée à Al-Qaïda justifie l'opération de Dioura par les «crimes odieux commis par les forces du gouvernement de Bamako et les milices qui le soutiennent contre nos frères peuls». Après avoir été reçus le 22 mars par le président Ibrahim Boubacar Keïta, les ambassadeurs des 15 pays siégeant au Conseil de sécurité ont rencontré le lendemain les signataires de l'accord de paix de 2015, puis le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga, avec lequel ils ont évoqué la situation dans le centre du pays, selon l'ONU.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes djihadistes liés à al-Qaïda, à la faveur de la déroute de l'armée face à la rébellion à dominante touareg, d'abord alliée à ces groupes qui l'ont ensuite évincée. Les djihadistes ont été en grande partie chassés du nord du Mali ou dispersés à la suite du lancement en janvier 2013, à l'initiative de la France, d'une intervention militaire, qui se poursuit actuellement.

Cependant, non seulement les violences djihadistes ont persisté mais elles se sont propagées du nord vers le centre et le sud du Mali, puis au Burkina Faso et au Niger voisins, se mêlant souvent à des conflits intercommunautaires.

Lire aussi : Terrorisme, réconciliation nationale, climat socio-économique : le Mali à la croisée des chemins

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»