Une famille russe partie pour rejoindre Daesh ? RT mène l’enquête

Le fils de Youri et Maïya Nekhaï, sa femme et sa fille© Capture d'écran, vidéo RT
Le fils de Youri et Maïya Nekhaï, sa femme et sa fille

La petite ville russe d’Adygueïsk qui ne compte que 12 000 personnes, a déjà perdu 7 jeunes familles musulmanes, qui ont quitté le pays et disparu, apparemment pour rejoindre l’Etat islamique. RT s’est rendu sur place pour apprendre la vérité.

Sous un prétexte de départ en vacances, un homme russe accompagné de sa femme et de leur fille aurait pris l’avion à destination d’Istanbul pour rejoindre les combattants de Daesh. Ses parents, Youri et Maïya Nekhaï, interrogés par RT, disent ne pas avoir reçu de nouvelles de leur fils Murat depuis des mois. Malgré tout, grâce aux amis de leur fils ils ont appris qu’il était parti «étudier le Coran», tout en leur demandant de ne pas chercher à le contacter.

Cependant, retrouver leur fils reste la chose la plus importante pour ces parents désespérés. «Je vivrai aussi longtemps qu’Allah me le permettra et j’utiliserai tout ce temps pour te rechercher», a imploré le père face au correspondant de RT Ilia Petrenko qui est allé sur place pour mener l’enquête sur les circonstances qui ont permis le départ du jeune homme. «Nous t’attendons toujours et nous allons te chercher toute notre vie», s’est adressée la mère à son fils avec l’espoir qu’il l’entende.

Depuis que la chaîne RT a rapporté la tragédie de cette famille pour la première fois, leur maison a commencé à attirer l’attention. Les voisins et amis de la famille se sont joints pour donner plus de détails sur la disparition.

Selon les parents du jeune homme et leurs amis, le garçon est devenu moins sociable lorsqu’un nouvel imam est arrivé dans la mosquée locale de la République d’Adyguée, où une grande partie des 440 000 habitants est de confession musulmane.

«Je l’ai appelé [Murat] et sa femme a répondu. Je leur ai demandé qu’est-ce qu’ils faisaient et où ils allaient, après quoi Murat m’a écrit un message disant «laisse-moi tranquille, je pars en Egypte», a expliqué un ami de la famille disparue, sans pour autant être sûr qu’il lui disait la vérité.

Les personnes plus âgées paraissent avoir plus de certitudes. «Malheureusement, ce n’est pas le premier cas, et nous avons peur que la situation empire. Ils [les combattants de Daesh] ont tout simplement besoin de chair à canon», a dit l’un des amis du père. «Tous ceux qui ont quitté l’Adyguée, sont partis de cette mosquée-là», a lancé un autre.

«Je ne sais pas ce qui se passe dans cette mosquée, mais il est facile de lessiver le cerveau de la jeune génération», a expliqué l’homme, effrayé par l’idéologie apportée dans cette région jusque-là peuplée de musulmans modérés et pacifiques. Ainsi, malgré la peur, il a conduit l’équipe de RT vers la mosquée afin d’apprendre la vérité.

Il était vraiment difficile de filmer à l’intérieur de la mosquée, les musulmans russes se sentant très offensés quand on fait des liens entre eux et les combattants de l’Etat islamique. «Tous ceux qui viennent là, ne le [Murat] soutiennent pas». L’imam déclare ne pas soutenir ni Al-Qaïda ni l’Etat islamique. «Nous la considérons comme une organisation terroriste», a-t-il ajouté.

De plus, il a confié que le jeune homme ne se rendait plus à la mosquée depuis six mois, mais qu’il est allé voir son ancien imam dans une ville voisine. C’est là que l’équipe de RT est parti chercher des réponses avec une photo de l’ancien imam.

Il n’a pas été difficile de trouver des gens qui l’ont connu, mais personne n’a pu leur révéler son adresse exacte. «Il habite non loin d’ici, mais je ne veux pas vous dire où, parce qu’il me couperait la tête. Je connais beaucoup de gens qui se sont convertis à cause de lui», a dit un des passants.

Développement à suivre…

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales