«Chez nous, vous pourrez boire du Cappuccino» : Daesh sort un guide pour mieux recruter en Italie

Selon la brochure, Daesh serait un véritable paradis© Stringer Source: Reuters
Selon la brochure, Daesh serait un véritable paradis

Un petit guide de l'Etat islamique a fait son apparition dans les milieux radicaux italiens, selon les médias locaux. La brochure décrit les territoires occupés par Daesh comme «une société cosmopolite» et «un lieu de villégiature».

Les 46 pages de la brochure ont été publiées en mai dernier au Royaume-Uni afin de «fournir un récit alternatif à la vie sous le califat»

Son auteur, Abu al-Britani Rumaysah, ancien disciple du prédicateur Anjem Choudary, fondateur du groupe radical Islam4UK, décrit l'État islamique comme «une destination de vacances» avec un climat méditerranéen exquis»


Le Guide ne vise pas seulement à attirer de nouveaux combattants dans les rangs djihadistes, mais également faire venir des travailleurs qualifiés et des intellectuels dans le califat. La brochure décrit Daesh comme «un aimant à talents, une société cosmopolite avec ses intellectuels»

Ainsi, Daesh utilise cette brochure controversée pour recruter des ingénieurs, des médecins, des analystes de données ainsi que d’autres spécialistes en Italie, a rapporté Corriere della Sera.

Tel un véritable guide de voyage, al-Britani fait l’éloge de la nourriture, de la météo, des transports, des gens, en expliquant comment se rendre dans le califat et recevoir un maximum de plaisir lors de son séjour.

En savoir plus : Le petit guide du bonheur de l'Etat islamique

Selon le guide, le Califat offre une grande variété de viande de poulet, d'agneau et de plats végétariens, comme le shawarma ou encore le sheesh kebab «tous frais et bien entendu 100% hallal».

Bien sûr, pas d'alcool dans le menu, mais les djihadistes pourront savourer des cocktails fruités «très populaires en été et qui coûtent moins d'un dollar» ainsi que du café car «le califat sert les meilleurs lattés et cappuccinos du monde»

Glaces et barres chocolatées de toutes les marques occidentales les plus célèbres sont également disponibles, affirme le guide, soucieux de plaire également aux amateurs de sucré.

Quant à la météo, al-Britani décrit les territoires syriens et irakiens détenus par l'Etat islamique comme «un lieu de villégiature».

En savoir plus : Daesh lance une appli pour smartphone afin d'attirer les vacanciers djihadistes

«Que ce soit la robustesse du sable de Barakah ou les plaines vallonnées et verdoyantes de Halab... Je vous garantis que vous trouverez le paysage vraiment à couper le souffle» peut-on lire dans la brochure.

Le guide reconnaît qu'il peut y faire «très chaud», ajoutant que, pour faire face à la chaleur, le califat «s’assurera que les hommes et les femmes seront correctement couverts et protégés du soleil, ce qui est une bénédiction»

Le livre souligne que «les technologies modernes ne sont pas les ennemis de l’Islam», affirmant que les djihadistes utilisent beaucoup les ordinateurs portables, les smartphones et surfent sur Internet.

Dans la section intitulée «Les gens du califat» il est précisé que l’État islamique «est criant de diversité» et plus cosmopolite que Londres ou New York.

Décrivant ce cadre idyllique, le guide ne mentionne bien évidemment jamais les aspects néfastes de Daesh, tels que des exécutions de masse, les décapitations, les viols et autres atrocités qui ont été commises par les djihadistes au cours de leurs deux années d'existence.

Par ailleurs, al-Britani conclut la brochure avec des menaces très dures envers l'occident :

«Lorsque nous descendrons sur Londres, Paris et Washington, le goût dans votre bouche sera amer. Car non seulement nous allons faire couler votre sang, mais nous démolirons vos statues, effacerons votre passé et votre Histoire, et, par-dessus tout, nous convertirons vos enfants qui rejoindront nos rangs et maudiront leurs ancêtres».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales