Les promoteurs du Brexit auront «une place spéciale en enfer» selon Donald Tusk

- Avec AFP

Les promoteurs du Brexit auront «une place spéciale en enfer» selon Donald Tusk© REUTERS Source: Reuters
Le président du Conseil européen Donald Tusk fait une déclaration à l'issue d'une réunion avec le Premier ministre irlandais, Leo Varadkar à Bruxelles, le 6 février 2019.

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, s'en est pris vertement ce 6 février aux partisans du Brexit qui, selon lui, n'ont pas anticipé les conséquences d'une sortie sans accord du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Donald Tusk a évoqué la ce 6 février «la place spéciale en enfer» réservée à «ceux qui ont fait la promotion du Brexit sans même l'ébauche d'un plan pour le réaliser en toute sécurité», alors que le flou règne sur la forme qu'il va prendre le 29 mars.

Il n'en fallait pas davantage pour déclencher une violente riposte outre-Manche. «Donald Tusk montre une fois de plus son mépris pour les 17,4 millions de personnes qui ont voté pour échapper à la corruption de l'UE [lors du référendum de juin 2016]», a déclaré Sammy Wilson, un porte-parole du DUP, le parti ultra-conservateur nord-irlandais, qualifiant le président du Conseil d'«euro-maniaque démoniaque». Sur le même ton, le champion du Brexit Nigel Farage a estimé que la sortie de l'UE permettrait de libérer le Royaume-Uni de ces «tyrans arrogants et non élus». «C'est plutôt le paradis pour moi», a ajouté l'ancien patron de l'Ukip, le parti europhobe et anti-immigration, sur Twitter.

L'affaire est même remontée jusqu'au Parlement de Westminster, où le député conservateur et eurosceptique Peter Bone a interpellé le président de la Chambre des Communes John Bercow. «Je ne me souviens pas qu'un président ait insulté les membres de cette Assemblée, les membres du gouvernement et le peuple britannique de cette façon», s'est indigné le parlementaire, avant d'écouter la réponse un brin moqueuse de John Bercow. «J'ignorais jusqu'à présent que [Peter Bone] était quelqu'un de si sensible, une sorte de fleur délicate», a taclé ce dernier.

Les opposants au Brexit n'ont pas manqué non plus de rebondir sur le sujet, et ont repris à leur compte l'accusation d'impréparation formulée par Donald Tusk. «Il n'y que la vérité qui blesse, n'est-ce pas ?», a souligné la députée écossaise Joanna Cherry (SNP, europhile) à propos des réactions courroucées des partisans du Brexit. 

Le 15 janvier, les députés britanniques avaient massivement rejeté l'accord sur le Brexit négocié par le Premier ministre conservateur Theresa May avec Bruxelles, dans un vote crucial pour l'avenir du Royaume-Uni, à deux mois et demi de la date prévue de sa sortie de l'Union européenne (UE). En difficulté, Theresa May avait néanmoins réussi le 29 janvier, à l'issue d'une séance parlementaire, à convaincre les députés britanniques de lui laisser renégocier l'accord de Brexit avec l'UE.

Lire aussi : Brexit : les députés britanniques excluent une sortie de l'UE sans accord

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter