Philippines : Daesh revendique un double attentat meurtrier contre une église catholique

Philippines : Daesh revendique un double attentat meurtrier contre une église catholique© Handout Source: AFP
Des membres des forces de l'ordre devant l'église où deux bombes ont explosé, le 27 janvier 2019 à Jolo aux Philippines.
Suivez RT France surTelegram

Deux jours après l'annonce de la création, approuvée par référendum, d'une région autonome musulmane aux Philippines, un attentat a frappé une église de l'île de Jolo. Au moins 18 personnes sont décédées dans cette attaque revendiquée par Daesh.

Alors que la loi martiale est en vigueur dans le sud du pays depuis l'été 2017, un double attentat a visé le 27 janvier la cathédrale de Jolo, située sur une île du sud des Philippines qui demeure un bastion des militants islamistes.

Cette attaque, revendiquée par l'Etat islamique, a eu lieu lors d'une messe. Une première explosion a secoué l'intérieur de la cathédrale de Notre-Dame du Mont-Carmel, dans le centre de Jolo, la plus grande ville de l'île du même nom. Une seconde explosion s'est produite à l'extérieur, sur le parking, quand les militaires arrivaient pour secourir les blessés. Au moins 18 personnes ont été tuées, selon les autorités philippines.

Duterte promet de poursuivre «jusqu'au bout du monde» les auteurs de l'attentat

Cet attentat intervient deux jours après l'annonce de l'approbation massive, lors du référendum du 21 janvier, de la création dans le sud de l'archipel de la région autonome Bangsamoro, dans le cadre du processus de paix avec l'insurrection musulmane. 

Des photos diffusées par l'armée montrent les portes et les fenêtres de la cathédrales pulvérisées, ses bancs retournés.

Philippines : Daesh revendique un double attentat meurtrier contre une église catholique© Handout Source: AFP
L'intérieur de l'église où deux bombes ont explosé, le 27 janvier 2019 à Jolo aux Philippines.

Salvador Panelo, porte-parole du président philippin, Rodrigo Duterte, a condamné «un acte terroriste» et promis de «poursuivre jusqu'au bout du monde les cruels auteurs de ce crime ignoble, jusqu'à ce que chacun des tueurs soit amené devant la justice et mis derrière les barreaux».

Le pape François a de son côté «fermement condamné» ce double attentat, «un épisode de violence qui endeuille à nouveau cette communauté chrétienne».

Cinq soldats, un membre des garde-côtes et 12 civils ont été tués dans ce double attentat qui a également fait 83 blessés, selon le lieutenant-colonel Gerry Besana, porte-parole régional de l'armée.

Quand vous parlez de terrorisme dans la province de Sulu, le premier suspect est toujours Abou Sayyaf mais nous ne pouvons exclure la possibilité d'autres responsables

Dans un communiqué, le groupe terroriste Daesh a affirmé que deux de ses kamikazes s'étaient fait exploser à l'intérieur de l'église et dans le parking à l'extérieur, selon le Centre américain spécialisé dans la surveillance de la mouvance djihadiste.

Dans un premier temps, les autorités avaient avancé la piste du groupe islamiste Abou Sayyaf. «Quand vous parlez de terrorisme dans la province de Sulu, le premier suspect est toujours Abou Sayyaf, mais nous ne pouvons exclure la possibilité d'autres responsables», avait ainsi déclaré le lieutenant-colonel Basana en référence à cette organisation islamiste spécialisée dans les enlèvements crapuleux. Abou Sayyaf est également accusée d'être à l'origine de plusieurs attentats dans l'archipel, en particulier d'une attaque contre un ferry qui avait fait plus de 100 morts en 2004. 

Créée dans les années 1990 grâce aux financements d'un membre de la famille du chef d'Al-Qaïda Oussama ben Laden, l'organisation s'est depuis scindée en plusieurs factions, dont certaines ont prêté allégeance à Daesh.

Lire aussi : Duterte propose de «tirer dans le vagin» des femmes rebelles et provoque (encore) un tollé

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix