Brexit or not Brexit, les Européens installés au Royaume-Uni tentés par la nationalité britannique

Le Brexit fait peur© Darren Staples Source: Reuters
Le Brexit fait peur

Des milliers de citoyens européens ont entrepris la démarche: demander la nationalité britannique par crainte qu'une éventuelle sortie de l’Union européenne du Royaume-Uni n'aboutisse à des complications administratives trop lourdes.

La peur d'une sortie de l'Union européenne après le référendum de mars 2016 fait peur aux Européens établis dans le pays. Suffisamment en tout cas pour les pousser à demander une nationalité dont jusqu'à présent ils n'avaient aucune utilité, selon les témoignages recueillis par The Guardian,

En cas de Brexit, ce serait en effet les quelques 2,4 millions de citoyens européens travaillant au Royaume-Uni et les 2 millions de Britanniques travaillant sur le continent qui seraient directement concernés.

En savoir plus: «La baisse de popularité poussera Cameron à tenir le référendum sur le Brexit le plus tôt possible»

Une sortie de l'Union européenne entraînerait pour eux l’annulation de tout un corpus réglementaire européen ayant abouti à un ajustement des lois entre les pays membres. Concrètement, les personnes concernées pourraient s'attendre à un retour du permis de travail, une modification des régimes en matière de retraites perçues à l'étranger, la fin des arrangements en matière de couverture médicale et le transfert d'argent qui risque aussi d'être plus cher.

Cette peur est d'autant plus vive que la comparaison avec la situation faite aux travailleurs non ressortissants d'un pays de l'Union européenne incite à la prudence. Ils souhaitent ainsi s'éviter les tracasseries et lourdeurs administratives inhérentes à cette situation. En effet, en cas de Brexit, ils ne seraient plus que des travailleurs immigrés en Grande-Bretagne.

Mais comme le note le Guardian, le processus de changement ou d'ajout de nationalité est onéreux. Par exemple, pour un couple avec deux enfants, le prix moyen est de 3 500 livres sterling soit 4 930 euros.

Les citoyens britanniques travaillant dans l’Union européenne sont également inquiets à la perspective d'un Brexit. Par exemple, en matière de retraite, si le Royaume-Uni devait quitter l’UE, il devrait négocier des accords réciproques bilatéraux avec chacun des pays membres pour assurer une couverture médicale à ses citoyens britanniques . Dés lors, les Britanniques expatriés dans l'espace européen entreprennent à leur tour la démarche de demander la nationalité du pays où ils résident. 

Le référendum sur le Brexit avait été décidé après la victoire nette des conservateurs en mai dernier. C'était alors l'une des promesses de campagne du Premier ministre David Cameron afin que la population décide si le Royaume-Uni devait continuer à faire partie de l'Europe ou pas.  

En savoir plus: Brexit : David Cameron donnera «un choix approprié» aux britanniques

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales