664 millions d’euros pour redorer l’image de l’UE : «les contribuables en ont marre»

Drapeaux de l’UE© Yves Herman Source: Reuters
Drapeaux de l’UE

L’organisation eurosceptique Business for Britain a refait le compte des dépenses de Bruxelles en 2014 et révélé que plus de 664 millions d’euros avaient été dépensés pour l’amélioration de l’image de l’UE.

Des sommes énormes ont été investies dans des centaines de vidéos, de bandes dessinées, de livres colorés, de jeux et d’autres matériaux éducatifs imposés par Bruxelles dans les systèmes scolaires des pays-membres.

Jeu de la Commission européenne

Selon les révélations de Business for Britain, le département de l’UE chargé de la promotion de la politique européenne possède deux fois plus d’employés que le département général du commerce, qui en compte tout de même 669. Le département général du budget, en compte lui, 449. Toujours selon Business for Britain, le budget alloué à la communication des priorités politiques de l’UE atteint 4,3 millions d’euros, une somme que l’association qualifie de supérieure au budget de Coca-Cola.

Malgré ces montants colossaux – Business for Britain articule un chiffre de 664 millions d’euro pour l’année 2014 – investis par les instances européennes dans des campagnes médiatiques et informationnelles pour les citoyens de tous les âges y compris les enfants, les résultats ne sont pas au rendez-vous. On ne peut pas dire qu’actuellement la cote de popularité des institutions européennes soit très élevée, au contraire, l’euroscepticisme semble rallier un nombre croissant de supporters.

Capture d'écran du livre «En route vers la victoire» de la Commission européenne
Capture d'écran du livre «En route vers la victoire» de la Commission européenne

Une vague de protestation s’est élevée dans les cercles parlementaires, ainsi que sur les réseaux sociaux, avec un message clair : il vaudrait mieux gagner de l’argent plutôt que de le dépenser à faire de la propagande.

«L’UE ne travaille pas mais en 2014 elle a dépensé 536 millions de livres pour faire de l’autopromotion ciblant notamment les enfants. A quels jeux jouent-ils avec notre argent ?»

 

«Voilà de quelle manière l’UE dépense l’argent des contribuables ! Autopromotion et Endoctrinement !» 

«J’ai presque perdu mon envie de vivre ! Le budget de l’UE pour "l’autopromotion" a atteint 664 millions d’euro en 2014»

«L'endoctrinement des enfants à l’école et le financement des organisations non-gouvernementales favorables à l’UE démontre l’usage totalement inapproprié de l’argent des contribuables tandis que les Etats doivent faire des coupes dans leurs budgets», a souligné le chef exécutif de Business for Britain Matthew Elliott

Le directeur de TaxPayers’ Alliance (Alliance des contribuables) s’est lui aussi prononcé contre un tel gaspillage d’argent.

«Les contribuables en ont ras-le-bol de financer la propagande européenne apparemment interminable alors que les bureaucrates de Bruxelles pourraient faire un meilleur usage de leur temps – en ce qui concerne les crises que connaît le continent – que d’inventer des bandes dessinés», s’est emporté Andy Silverster.

Le directeur du Bruges Group Robert Oulds a pour sa part déclaré dans une interview accordée à RT que la propagande européenne pèse sur les seules épaules des contribuables européens.

«Nous sommes en présence d’une propagande visant à ce que sa population soutienne l’Union européenne et essaye d’influencer le processus politique, cela part du ciblage des enfants à l’école avec de la littérature orientée qui ne donne que le seul point de vue pro-européen et de son pouvoir centralisé. Un tel usage de l’argent des contribuables est un vrai gaspillage. Cela s’immisce à tous les niveaux de la société. C’est très inadapté, il y a de meilleures façons de dépenser cet argent, décidées par des personnes démocratiquement élues dans les Etats nationaux et non pas par l’Union européenne», a-t-il précisé.

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales