Course contre la montre à Tianjin : nettoyage d'urgence pour éviter la contamination

L'explosion à Tianjin a fait 114 morts et des centaines de blessés, mercredi 12 août 2015.© Jason Lee Source: Reuters
L'explosion à Tianjin a fait 114 morts et des centaines de blessés, mercredi 12 août 2015.

Alors que des centaines de tonnes de cyanure hautement toxique se sont échappées suite à la catastrophe de Tianjin, des précipitations annoncées font craindre une contamination plus importante.

Une «AZF puissance 10». Voilà comment la presse française qualifie la catastrophe industrielle qui a secoué la ville de Tianjin, en Chine, mercredi 12 août. Une série d'explosions, suivie par des incendies, avait fait 114 morts et des centaines de blessés dans cette ville portuaire de l'Est de la Chine. Depuis le drame, des conséquences désastreuses s'enchaînent.

En savoir plus : Chine: l'explosion dans une usine chimique de Tianjin fait des centaines de blessés (PHOTOS, VIDEO)

La contamination est la première crainte autour de l'après catastrophe. «Environ 700 tonnes de cyanure de sodium», un produit hautement toxique, se sont échappées du site après les déflagrations, d'après le vice-maire de Tianjin. La possibilité d'un empoisonnement de l'air avait poussé les autorités chinoises à procéder à l'évacuation des habitants dans un rayon de trois kilomètres, jeudi 13 août. Alors que de fortes pluies sont annoncées sur la ville, c'est un nouveau type de propagation du poison que l'on redoute : la contamination par l'eau. Les précipitations pourraient permettre à la substance toxique de se répandre à une vitesse importante et de toucher des populations éloignées, mais aussi d'atteindre les sous-sols.

En savoir plus : A Tianjin, les habitants évacués dans un rayon de 3 kilomètres suite à de nouvelles explosions

Pour faire face à ces hauts risques de propagation des produits toxiques, les autorités chinoises s'efforcent de nettoyer le site de l'explosion. Des opérations de nettoyage de très grande ampleur «très difficiles et très délicates» ont été entreprises. Des opérations rendues dangereuses par la pluie et que la présence sur la zone portuaire de 16 500 conteneurs de fret maritime viennent compliquer. D'après les médias chinois, la quantité de cyanure de sodium entreposée sur les lieux de l'explosion par l'entreprise gérante correspondait à 30 fois la quantité autorisée. D'après le média Les Nouvelles de Pékin, le hangar n'était pas autorisé à accueillir plus de 24 tonnes de la substance.

Pour éviter les fuites, les équipes de secours ont érigé des barrages de sable et de terre autour d'une zone de 100 000m2. Malgré ces précautions, des tests, effectués sur les eaux autour du site contaminé, ont révélé des niveaux de cyanure 27,4 fois plus élevés que la normale, et le produit a été détecté jusqu'à un kilomètre autour de l'épicentre de l'explosion.

En savoir plus : Cyanure, nombre de morts croissant, escroqueries – les conséquences des explosions en Chine

Fuites de produits et fuites de capitaux

Alors que les alentours des lieux de l'explosion sont devenus inhabitables, les immeubles ayant été soufflés par les dégradations et les fenêtres ayant volé en éclat jusqu'à trois kilomètres à la ronde, de nombreuses entreprises présentes sur le site ont du cesser et déplacer leurs activités.

Le constructeur japonais Toyota, notamment, a annoncé une suspension de trois jours de sa production sur le site de Tianjin. En période de vacances estivales, les ligne de production de l'entreprise étaient à l'arrêt lors de la catastrophe et devaient être remises en marche lundi 17 août. «Du fait des recommandations d'évacuation en cours, elles ne seront pas opérationnelles» jusqu'à mercredi inclus, a précisé le constructeur dans une déclaration.

Pour la Chine, le manque à gagner est important. Toyota réalise la moitié de sa production chinoise sur le site de Tianjin, soit environ 440 000 véhicules chaque année. Le groupe emploie par ailleurs 12 000 salariés sur place, 50 d'entre-eux faisant partie des blessés de l'explosion. L'impact sur les exportations et les importations au port de Tianjin est «en cours d'évaluation», ajoute Toyota.

La ville de Tianjin, métropole de 15 millions d'habitants situées à 140 kilomètres de la capitale Pékin, est le foyer d'implantation de très nombreuses entreprises du secteur industriel. Constructeurs automobiles, sites de production manufacturière et raffineries de pétrole font partie des compagnies qui ont jeté leur dévolu sur cette ville dont la position géographique (au bord de la mer) et politique (dans une Chine aux prix et à la main d’œuvre très compétitifs) était perçue comme avantageuse pour le secteur industriel. L'avenir nous dira si la catastrophe du mercredi 12 août changera la donne pour la myriade d'entreprises implantées dans la ville.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales