Première Guerre mondiale : «L'intervention de la Russie a été déterminante» en 1914 (ENTRETIEN)

Première Guerre mondiale : «L'intervention de la Russie a été déterminante» en 1914 (ENTRETIEN)© FRANCOIS NASCIMBENI Source: AFP
Les tombes des soldats russes, tombés lors de la Première Guerre mondiale, au cimetière de Saint-Hilaire-le-Grand (Marne).

L'historien Jean-Yves Le Naour revient sur l'implication de la Russie durant la Grande Guerre. Il rappelle que l'intervention de la Russie en 1914, à l'est, a été déterminante pour la France, notamment pour remporter la bataille de la Marne.

L'Empire russe a été un acteur conséquent de la Première Guerre mondiale, en étant l'allié de la France et du Royaume-Uni au sein de la Triple-Entente. A l'occasion du centenaire de l'Armistice du 11 novembre, l'historien et spécialiste de la Grande guerre Jean-Yves Le Naour revient pour RT France sur le rôle des Russes durant le conflit. Il a notamment publié 1918 : l'étrange victoire aux éditions Perrin.

RT France : L'Allemagne déclare la guerre à la France le 3 août 1914 ; la Russie quant à elle lance l’offensive en Prusse-Orientale le 17 août. En ouvrant un front à l'Est de l'Europe, la Russie a-t-elle permis à la France de contenir l'invasion de la coalition menée par l'Allemagne ?

Jean-Yves Le Naour (J-Y. L. N.) : La France connaissait le plan Schlieffen [daté de 1905], le plan de campagne allemand. Elle savait que les troupes du Reich allaient d'abord attaquer la France avant de s'en retourner contre la Russie. C'est pourquoi le commandement français pousse son homologue russe à attaquer l'Allemagne le plus tôt possible. Dès août, sans attendre l'achèvement de la mobilisation, l'armée russe attaque l'Allemagne et pénètre en Prusse orientale. Cette attaque, qui se finira mal pour la Russie, sème la panique à Berlin, si bien que le commandement allemand finit par prélever des unités sur les forces qui envahissent la Belgique puis la France. Ces unités vont manquer cruellement lors de la bataille de la Marne [du 6 au 12 septembre 1914]. Aussi, l'intervention de la Russie a été déterminante étant donné qu'il s'en est fallu d'un cheveu lors de cette bataille de la Marne [victorieuse pour la Triple-entente].

RT France : De 1914 à 1917, la guerre n'est-elle pas un fiasco pour la Russie, avec notamment la déroute en Pologne ?

Jean-Yves Le Naour (J-Y. L. N.) : En 1915, l'Allemagne applique son plan de 1914 à l'envers : elle reporte ses forces à l'est et garde l'arme aux pieds à l'ouest. Supérieure matériellement, notamment en artillerie, elle s'empare dès 1915 de la Pologne russe. C'est une défaite cruelle pour la Russie qui accentue les tensions internes et accélère la venue de la révolution.


RT France : Quel impact a eu le désengagement de la Russie en 1917 sur la suite de la guerre et la Triple-Entente ?

Jean-Yves Le Naour (J-Y. L. N.) : Après la révolution de février, le commandement français ne compte plus trop sur la Russie mais espère qu'elle continuera au moins à maintenir un front, même passif. Avec la révolution bolchevique en octobre, cette illusion s'écroule. L'armistice est conclu en décembre 1917 et la paix de Brest-Litovsk est signée le 3 mars 1918. Résultat : l'Allemagne reporte toutes ses forces sur le front occidental pour mener la grande offensive du printemps. Sans la Russie, la France est en difficulté... Mais elle saura tenir, avec les Britanniques. En effet, elle dispose du soutien du nouvel allié américain. Elle sait qu'à partir de l'été, l'Allemagne ne pourra plus l'emporter.


RT France : Enfin, savez-vous quel rôle a joué le Corps expéditionnaire russe en France ?

Jean-Yves Le Naour (J-Y. L. N.) : Ce ne sont pas deux brigades, plus une dans les Balkans, aux côtés de l'armée d'Orient, qui peuvent changer les choses. Ce Corps expéditionnaire a eu une importance symbolique. Elle va rappeler l'Union des deux pays et réactiver en France le mythe du rouleau compresseur russe... car on espérait bien en France recevoir 500 000 hommes ! Avec quelle ferveur les Russes sont fêtés quand ils débarquent à Marseille en avril 1916 ! Ce sont des alliés populaires.

Propos recueillis par Bastien Gouly

Lire aussi : Le patriotisme, «contraire du nationalisme» : le très politique discours de Macron au Centenaire

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»