Gaza : Israël annonce la réouverture partielle du terminal pour les marchandises

Gaza : Israël annonce la réouverture partielle du terminal pour les marchandises© Amir Cohen Source: Reuters
Le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, visite le terminal de Kerem Shalom à Gaza, le principal terminal frontalier commercial de la bande de Gaza, le 22 juillet 2018.

Israël a annoncé la réouverture partielle du terminal de transit des marchandises pour alimenter Gaza. Dans cette enclave sous blocus, la décision du 9 juillet de fermer ce point de passage met les habitants dans une situation des plus dramatiques.

Israël va rouvrir partiellement le 24 juillet le terminal de Kerem Shalom fermé depuis le 9 juillet, par lequel transitent les marchandises vers la bande de Gaza qui est sous blocus. Il avait été fermé en guise de punition collective contre les habitants pour les lancements de cerfs-volants incendiaires effectués depuis l'enclave palestinienne vers le territoire israélien.

Les livraisons de carburants et de gaz doivent également reprendre, selon un communiqué du ministre de la Défense Avigdor Lieberman qui avait annoncé le 22 juillet la possible réouverture de Kerem Shalom à condition qu'un calme total règne. «Le ministre a décidé que le terminal de Kerem Shalom serait partiellement rouvert mardi à partir de midi. L'amenée de carburants et de gaz dans la bande de Gaza va également être autorisée en plus des produits alimentaires et des médicaments», explique le communiqué.

La réouverture seulement «partielle» du point de passage vital pour Gaza est, selon le ministre israélien de la Défense, due au fait que le Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza n'a pas totalement cessé ses «activités terroristes». Cette réouverture partielle avait d'ailleurs été reportée de 24 heures le 23 juillet pour accentuer la pression sur le Hamas. «La réouverture totale du terminal est conditionnée à l'arrêt total de l'envoi de ballons incendiaires et des affrontements près de la clôture» séparant Israël de la bande de Gaza, a ajouté Avigdor Lieberman.

Soumise à un strict blocus israélien depuis plus de dix ans, la bande de Gaza souffre de coupures d'électricité et de pénurie de fioul, provoquées par la suspension des livraisons.

L'ONU s'est alarmée des pénuries causées par ces restrictions qui affectent les hôpitaux ainsi que le réseau de distribution et d'assainissement de l'eau, appelant Israël à les lever.

Depuis le 30 mars, le blocus israélien imposé à la bande de Gaza depuis plus de dix ans est au cœur d'un mouvement de protestation palestinien le long de la barrière de séparation israélienne. 149 Palestiniens ont été tués depuis cette date, de même qu'un soldat israélien.

A la suite d'un cessez-le-feu annoncé dans la nuit du 20 au 21 juillet par le Hamas, aucune roquette palestinienne n'a été tirée vers le territoire israélien et le nombre des cerf-volants et de ballons incendiaires vers le sud d'Israël a baissé. Ces dernières semaines, les autorités israéliennes ont fait état d'une vingtaine d'incendies par jour et de près 3 000 hectares brûlés par ces engins incendiaires artisanaux depuis le 30 mars.

Lire aussi : Gaza : frappes israéliennes les plus importantes depuis 2014

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter