Le Bureau néerlandais de sécurité demande l’aide de RT pour son enquête sur le crash du MH17

Maxim Zmeyev Source: Reuters
Maxim Zmeyev

L’agence hollandaise qui est à la tête de l’enquête internationale sur le crash du MH17 de Malaysia Airlines dans l’est de l’Ukraine a contacté la chaîne russe RT qui a découvert, dans un documentaire consacré à la tragédie, des pièces de l’appareil.

Dans le film documentaire de RT intitulé «MH17 : une année sans vérité», on peut voir des débris du Boeing 777, ainsi que des bagages, toujours dispersés sur le site du crash au moment où les journalistes de la chaîne russe tournaient leur reportage, plusieurs mois après la catastrophe. L’équipe de journalistes a ramassé certains débris pour les apporter à l’administration de la ville voisine de Petropavlovsk.

En savoir plus: http://francais.rt.com/international/4461-mh17-versions-crash

«C’est avec un grand intérêt que nous avons regardé votre documentaire "MH17: une année sans vérité"», a écrit la porte-parole du Bureau néerlandais de sécurité Sara Vernooij dans un message adressée à RT et d’ajouter : «Dans ce film, RT fait montre des débris qui ont été trouvés près de Petropavlovsk. Nous voudrions récupérer ces pièces et les faire venir aux Pays-Bas, pour que le Bureau néerlandais de sécurité puisse les utiliser pour son enquête et une reconstitution».

Dans le documentaire, l’équipe de RT a parlé aux témoins, aux experts et aux membres des familles des passagers du vol MH17 pour voir si la vérité sur les causes de la chute du Boeing 777 de Malaysia Airlines à proximité de Donetsk en juillet 2014 seraient un jour dévoilées. Vous pouvez regarder le documentaire ici

Le documentaire montre en outre que certains proches des victimes de la catastrophe n’ont pas la possibilité d’obtenir des informations sur l’évolution de l’enquête et qu’ils ne considèrent pas qu’elle est menée de manière objective.

Le correspondant de RT Roman Kosarev s’est rendu à Petropavlovsk et a interviewé le maire de la ville, Natalia Volochina, qui coordonne la collecte des débris. Elle a expliqué que toutes les pièces trouvées par des habitants de la région étaient stockées en attendant que les enquêteurs hollandais se manifestent.

«Plusieurs habitants qui avaient quitté leur village après le commencement des combats, sont revenus et ont commencé à trouver des parties de l’avion que les experts n’avaient pas repérés», a expliqué Natalia Volochina. «Tous ceux qui retrouvent des débris nous les rapportent, parce qu’ils savent que nous pouvons les faire parvenir donner aux enquêteurs», souligne encore l’édile.

Au mois de mai, lors d’une rencontre avec Natalia Volochina, les enquêteurs lui ont conseillé de conserver tous les fragments retrouvés en attendant qu’ils puissent venir les récupérer. Depuis lors, ils ont gardé contact via courrier électronique et par téléphone. Bien qu’une date précise pour le ramassage de ces débris n’ait pas été arrêtée, les enquêteurs ont demandé de leur faire parvenir photos des différentes pièces en sa possession.

Le transport de ces objets peut parfois être difficile. S’il s’agit de débris de petite taille, les habitants les rapportent eux-mêmes. Sinon, une équipe est chargée de la collecte de ces fragments.

Natalia Volochina a encore indiqué qu’elle s’étonnait du fait que personne n’a donné d’instructions aux responsables locaux sur ce qu’il fallait faire avec ces débris. Elle est toutefois parvenue à nouer des contacts à distance et a fini par recevoir des instructions. Pour elle, les habitants ne rapportent pas ces débris par obligation seulement, c’est aussi pour eux une question psychologique car ces débris retrouvés dans les champs, les forêts et sur les routes les ramènent presque constamment à cette catastrophe et à la guerre.

Le vol MH17 de Malaysia Airlines s’est écrasé dans la région de Donetsk le 17 juillet 2014. Ses 283 passagers et 15 membres d’équipage ont péri dans la catastrophe. Les autorités ukrainiennes et les rebelles s’accusent mutuellement d’avoir provoqué cet accident sans avancer de preuves irréfutables tandis que le monde attend toujours les résultats de l’enquête internationale dirigée par les Pays-Bas qui devraient être publiés en octobre.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales