Eurosceptique chassé du gouvernement italien : FN et LFI déplorent une atteinte à la démocratie

Eurosceptique chassé du gouvernement italien : FN et LFI déplorent une atteinte à la démocratie© Remo Casilli Source: Reuters
Illustration : la désignation d'un ancien du FMI comme chef du gouvernement italien, un déni de démocratie ?

Dans le cadre de la formation du nouveau gouvernement, le président italien a ouvertement refusé de voir un eurosceptique arriver au ministère des Finances. Si le PS approuve, d'autres voix s'élèvent pour condamner un non-respect de la démocratie.

Refusant catégoriquement une présence eurosceptique au ministère italien de l'Economie et des Finances, le président Sergio Mattarella rejetait le 27 mai la liste gouvernementale proposée par Giuseppe Conte. Alors que ce dernier a rendu sa démission le jour-même, c'est Carlo Cottarelli, un ancien du FMI surnommé «Monsieur Ciseaux» qui a été chargé par le président de former un gouvernement technique le 28 mai.

Formations politiques et élus de la République française n'ont pas manqué de commenter ce rebondissement politique majeur, dans un pays où le vote s'était traduit par un rejet des élites politiques, permettant aux anti-immigration de la Ligue et aux antisystèmes du Mouvement 5 étoiles de proposer une équipe pour diriger le pays.

Certains ont salué le choix du président italien. De passage à l'antenne sur Europe 1, le porte-parole du Parti socialiste Boris Vallaud a ainsi partagé son enthousiasme en ces termes : «[Le président italien] a eu raison d'assumer pleinement sa fonction et ses prérogatives constitutionnelles.»

Le parti présidentiel, à travers la voix du député Damien Adam, s'est de son côté félicité d'une décision «pour le bien de l’Italie et de l’Europe».

Moins optimistes, d'autres élus se sont inquiétés de la crise politique italienne actuelle.

Le responsable du bureau international de la France insoumise, Djordje Kuzmanovic, a par exemple dénoncé «une nouvelle ingérence insupportable de l'Union européenne et de l'Allemagne [dans les élections italiennes]».

La dirigeante du Front national, Marine Le Pen, s'est de son côté indignée d'une confiscation de la démocratie allant jusqu'à évoquer «un coup d'Etat».

Nicolas Dupont-Aignan, fondateur de Debout La France, a également fustigé un «coup de force inacceptable contre la démocratie».

Florian Philippot, le leader des Patriotes et ancien numéro deux du FN est aussi monté au créneau, saisissant l'occasion pour s'adresser aux «politiciens [français] qui se disent souverainistes mais refusent le Frexit». Il a tenu à rappeler l'axe majeur de son mouvement : la sortie de l'Union européenne.

En attendant la formation du gouvernement italien, le président italien Sergio Mattarella a rencontré Carlo Cottarelli, qu'il a chargé de former un gouvernement technique avant la tenue d'élections anticipées. Il devrait être chargé, notamment, d'élaborer le budget. Cet ancien haut responsable du FMI est surnommé «Monsieur Ciseaux» en référence à sa politique d'austérité budgétaire menée en 2013 sous le gouvernement d'Enrico Letta. Il ne cache par ailleurs pas son opposition frontale aux orientations économiques annoncées dans le programme de la coalition formée par le Mouvement 5 étoiles (M5S) et la Ligue.

Lire aussi : Italie: «Monsieur Ciseaux» pour former l’exécutif ? La coalition dénonce une «occupation financière»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter