Washington se retire de l'accord nucléaire et promet de nouvelles sanctions contre l'Iran

Washington se retire de l'accord nucléaire iranien, signé en 2015 après une négociation acharnée. Les Etats-Unis vont par ailleurs mettre en place de lourdes sanctions contre Téhéran, qui se dit ouvert au dialogue avec Européens, Russes et Chinois.

Mise à jour automatique
  • Le président iranien Hassan Rohani a dit à Emmanuel Macron le 9 mai qu'il «fera tout pour rester dans l'accord» sur le nucléaire, mais il a également réclamé aux Européens des garanties très rapidement, afin que leurs entreprises puissent continuer à travailler avec l'Iran, a fait savoir l'Elysée.

    Lors d'un entretien téléphonique de plus d'une heure, les deux présidents ont convenu de mettre en place «sans délai» des «groupes de travail» entre Europe et Iran sur les moyens de présenter, dans les semaines à venir, «de premières garanties que lui même pourrait exposer au peuple iranien pour le convaincre de rester dans l'accord», et «pour continuer à mener des activités économiques en Iran», a précisé la présidence française.

  • Emmanuel Macron et Hassan Rohani veulent travailler ensemble pour la «mise en œuvre continue» de l'accord, selon l'Elysée. En outre, le président français a appelé son homologue iranien à collaborer avec les autres Etats encore engagés dans l'accord dénoncé par les Etats-Unis afin de préserver celui-ci.

  • L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a confirmé le 9 mai que l'Iran remplissait ses «engagements en matière de nucléaire» conformément à l'accord signé avec les grandes puissances.

    «L'Iran est soumis au régime de vérification le plus fiable au monde en matière de nucléaire», a réaffirmé Yukiya Amano, directeur général de l'agence onusienne, dans un communiqué. 

    L'accord de 2015 représente une «avancée importante en matière de vérification», selon lui.

  • Le guide suprême iranien Ali Khamenei a qualifié ce 9 mai sur son site internet officiel de «stupide» et de «superficiel» le discours du président américain Donald Trump, qui a annoncé ce 8 mai que les Etats-Unis se retiraient de l'accord sur le nucléaire iranien négocié en 2015.

    «Vous avez entendu la nuit dernière le président américain faire des remarques stupides et superficielles. Il a énoncé peut-être plus de dix mensonges dans son discours. Il a menacé le régime et le peuple, expliquant "vous faites ceci, vous faites cela". Monsieur Trump, je vous le dis au nom du peuple iranien : vous avez fait une erreur», a ainsi commenté Ali Khamenei.

  • La Chine a appelé à sauvegarder l'accord sur le nucléaire iranien, en dépit du retrait des Etats-Unis annoncé par le président Donald Trump, une décision que Pékin a dit «regretter».

    La Chine, signataire de l'accord de 2015, «appelle toutes les parties à agir de façon responsable» pour revenir dès que possible au respect d'un texte qui «contribue à préserver la paix au Moyen-Orient», a martelé Geng Shuang, porte-parole de la diplomatie chinoise.

  • Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré que la Russie restait engagée dans l'accord sur le nucléaire iranien, dans des propos rapportés par l'agence de presse Interfax. 

  • Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a estimé ce 9 mai sur RTL que l'accord sur le nucléaire iranien, que les Etats-Unis ont quitté le 8 mai, n'était pas «mort». «Il s'agit d'une rupture avec un engagement international et la France regrette profondément cette décision», a-t-il ajouté, précisant que le président français Emmanuel Macron s'entretiendrait «dans l'après-midi» avec son homologue iranien Hassan Rohani.

    Le chef de la diplomatie française a également fait savoir ce même jour qu'il rencontrerait le 14 mai des représentants de Téhéran afin d'étudier les possibilités de préservation de l'accord, en compagnie des ministres britannique et allemand des Affaires étrangères.

  • Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, appelle sur Twitter à sortir de l'OTAN.

  • «La visite de Macron aux Etats-Unis n'a servi à rien dans le dossier du nucléaire iranien», déplore, sur France info, Sébastien Chenu, porte-parole du FN.

  • Pour François de Rugy, président (LREM) de l'Assemblée nationale, «la dénonciation de l'accord sur le nucléaire iranien par Donald Trump au nom des Etats-Unis d'Amérique relance l'escalade nucléaire militaire et rajoute de la tension supplémentaire au Moyen-Orient. L'Union européenne doit faire contrepoids».

Découvrir plus

Lire aussi : La menace nucléaire iranienne relève actuellement du fantasme

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter