Algérie : le tournage d’un film historique interrompu à cause d’un drapeau français

Algérie : le tournage d’un film historique interrompu à cause d’un drapeau français© LUDOVIC MARIN Source: AFP
Le drapeau français (Illustration)

Plusieurs dizaines d’habitants de la commune algérienne d’El Malah ont refusé que le drapeau algérien trônant au fronton de leur mairie soit remplacé par le drapeau français pour les besoins du tournage d’un film historique.

Le passé tumultueux entre la France et l’Algérie hante encore de nombreux esprits de part et d’autres de la Méditerranée. Dans son édition du 16 avril, la chaîne algérienne Ennahar TV a rapporté que des dizaines d’habitants de la commune d’El Malah, située à 520 kilomètres à l'ouest d'Alger, s'étaient rassemblés devant leur mairie pour bloquer le tournage d’une scène où le drapeau français devait être hissé en lieu et place du drapeau algérien.

«Tournez la scène ailleurs, où personne ne vous voit, il n'y a pas de problème ! Mais ici, c'est le siège de la mairie qui représente le peuple !», s’est emporté un manifestant devant la caméra. Un autre a expliqué son refus de voir hisser le drapeau tricolore en raison de la présence de combattants ayant participé à la guerre d'Algérie. 

Face à ces protestations, le maire de la ville, Moustapha Rahmouni, s'est adressé à ses concitoyens à la faveur d'une intervention le 18 avril sur la même chaîne. «Les incidents que raconte le film, même moi, je ne les connais pas dans les détails ! […] J'en appelle aux habitants d'El Malah, connus pour être des gens civilisés et hospitaliers, pour comprendre que c'est un film racontant les événements du 8 mai 1945 que l'on doit connaître», a déclaré l’élu.

Intitulé Héliopolis, le film raconte les massacres de Sétif, Guelma et Kherrata perpétrés par l’armée française lors de manifestations organisées par des indépendantistes algériens le 8 mai 1945. Afin de coller au mieux à la réalité historique, le réalisateur, Djaafar Gacem, a décidé de tourner dans cette ville agricole en raison de la présence de nombreux édifices datant de l’ère coloniale. 

Selon le site d'information AlgeriePart, le cinéaste a néanmoins pu «ruser pour tourner discrètement cette scène "controversée"» malgré la désapprobation de certains habitants.

Lire aussi : Les victimes non-françaises de la guerre d’Algérie pourront être indemnisées

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter