Moscou : Londres impliqué dans la mise en scène de l'attaque chimique présumée en Syrie (VIDEO)

Moscou : Londres impliqué dans la mise en scène de l'attaque chimique présumée en Syrie (VIDEO)
Des témoins présents à l'hôpital de Douma lors de l'attaque chimique présumée du 7 avril 2018, capture d'écran RT France

Au cours d'un briefing, le ministère russe de la Défense a affirmé avoir des preuves de l'implication du Royaume-Uni dans l'attaque chimique présumée en Syrie du 7 avril 2018, évoquant une «provocation - mise en scène»

Face aux accusations occidentales contre Damas, et son allié russe, d'avoir commis une attaque chimique à Douma (est de Damas) le 7 avril, le ministère de la Défense russe a affirmé, lors d'un briefing ce 13 avril, avoir des preuves de l'implication du Royaume-Uni, ainsi que de plusieurs pays occidentaux, évoquant une «provocation - mise en scène». «On sait que des pressions ont été exercées le 6 avril sur les fameux Casques blancs [...] avec pour prétexte une attaque chimique», a déclaré Igor Konachenkov, porte-parole du ministère.

Ces Syriens ont montré qu'ils figuraient eux-mêmes sur ces vidéos

«Un certain nombre de pays occidentaux poursuivent leurs accusations infondées d'attaque chimique [contre Damas]», a déclaré le ministère russe de la Défense. «La Russie avait prévenu dès le mois de mars qu'une provocation de ce type serait mise en œuvre, de façon à inciter et à provoquer des opérations militaires de la part des Etats-Unis», a encore déclaré le ministère, soulignant que les seules preuves apportées étaient des vidéos fournies par les rebelles eux-mêmes dans un secteur alors encore tenu par le groupe armé salafiste Jaïch al-Islam.

Lire aussi : Moscou détient des «preuves irréfutables» de la mise en scène de l'attaque chimique de la Ghouta

La Défense russe a présenté plusieurs témoignages directs de Syriens, dont un étudiant en médecine travaillant à l'hôpital de Douma, contredisant la version occidentale. «Ils nous racontent exactement ce qu'il s'est passé», a déclaré Igor Konachenkov.

Des témoins ont vu des personnes absolument inconnues équipées de caméras entrer dans l'hôpital et arroser tout le monde

«Ces Syriens ont montré qu'ils figuraient eux-mêmes sur ces vidéos», a-t-il poursuivi. Selon ces témoignages recueillis par Moscou, aucune des personnes emmenées à l'hôpital de Douma ne portaient de symptômes d'attaque chimique, en dépit des images vidéos mises en avant par les rebelles comme des preuves. «[Ces témoins] ont vu des personnes absolument inconnues équipées de caméras entrer dans l'hôpital, arroser tout le monde et semer la panique», a souligné Igor Konachenkov, précisant que ces individus ordonnaient aux gens de dire qu'ils avaient été victimes d'une attaque chimique. «Et donc, évidemment, les gens ont commencé à s'arroser d'eau», a-t-il noté, ajoutant : «Ces inconnus, après avoir filmé cette scène-là, ont disparu.»

«Ce sont ces images qui servent de preuves, entre guillemets, et qui sont diffusées dans les médias dans tous les sens», a encore noté Igor Konachenkov.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»