Le mouvement Black Lives Matter surveillé comme un mouvement terroriste

Pourquoi le mouvement Black Lives Matter a-t-il été espionné?© Brian SnyderSource: Reuters
Pourquoi le mouvement Black Lives Matter a-t-il été espionné?

Selon des documents officiels, ce mouvement civique et pacifique a été régulièrement surveillé par le Département de Sécurité intérieure. Black Lives Matter était né en protestation des brutalités policières contre les minorités ethniques.

C'est le site de Glenn Greenwald The Intercept qui sort cette information après avoir demandé et obtenu, dans le cadre de la Freedom of Information Act, la possibilité d'accès à des centaines de documents.

Cette révélation intervient alors qu'à Cleveland, un policier n'a pas hésité à asperger de gaz lacrymogène une manifestation qui protestait contre l'arrestation d'une jeune adolescent de 14 ans lors d'une conférence organisée par Black Lives Matter.

Une surveillance accrue pour des rassemblements pourtant pacifiques

Ces documents indiquent que le Département de Sécurité Intérieure à régulièrement recueilli des informations, y compris des données de localisation sur l'activité de Black Lives Matter.

A travers les réseaux sociaux, ce sont toutes les actions du groupe, pour la plupart pacifiques, qui ont été surveillées, notamment dans les villes de Ferguson, Baltimore, New-York et Washington.

La surveillance a débuté en août 2014, lorsque les manifestations et les émeutes ont éclaté à Ferguson après le meurtre du jeune Michael Brown, abattu en août 2014 par un policier blanc. Selon les documents consultés, le Département a utilisé des informations de Facebook, Twitter et du réseau social Vine pour créer une carte interactive des manifestations et émeutes.

Les services de Googles maps ont également permis au Département d'établir une carte en temps réel de la manifestation organisée par Balck Lives Matter le 29 avril dernier à Washington. Totalement pacifique, rien dans cette manifestation n'aurait pu justifier une telle surveillance minutieuse.

Carte de Ferguson indiquant les manifestations (Capture The Intercept)
Carte de Ferguson indiquant les manifestations (Capture The Intercept)

Des rassemblements aussi pacifiques ou anodins que des veillées silencieuses, un défilé de musique Funk ou une campagne de soutien à la lutte contre le cancer de sein ont également fait l'objet de surveillance assidue.

Le Big Brother fédéral contre les mouvements afro-américains

De toute évidence, la surveillance de ces groupes pacifiques soulève la question de savoir si le Département de Sécurité Intérieure, créé en large partie pour lutter contre le terrorisme et doté d'un budget de plus de 60 millions de dollars, est allé au delà de sa mission. 

La surveillance de certaines manifestations, pourtant parfaitement légales et qui entraient dans le cadre du Premier amendement qui garantit le droit de se rassembler pacifiquement, pose également la question de la violation des droits civiques des citoyens. Une problématique qui refait d'autant plus surface qu'il fut révélé en 2012 que ce même Département avait surveillé Occupy Wall Street, mouvement tout aussi pacifique et légal

Autre sujet d'étonnement, les documents établissent que le département a déployé plus de 400 de ses agents à Baltimore, après le décès de Michael Brown. 

Ce n'est pas la première fois que les mouvements des Afro-américains sont étroitement suivis. Sans remonter jusqu'au mouvement des droits civiques de Martin Luther King ou des Blacks Panthers de Malcom X, d'autres organisations de renseignement et de lutte contre le terrorisme tels le FBI et des départements spécifiques à la police d'Etat, ont été impliqués dans le suivi et l'arrestation des activistes noirs.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales