Syrie: Washington a «provoqué» l'intervention d'Ankara en livrant des armes aux Kurdes, selon Moscou

Syrie: Washington a «provoqué» l'intervention d'Ankara en livrant des armes aux Kurdes, selon Moscou© Goran Tomasevic Source: Reuters
Des combattants kurdes YPG à Raqqa, en Syrie, le 3 juillet 2017 (illustration)

Le Conseil de sécurité russe a estimé que, en livrant des armes et en encourageant les aspirations séparatistes parmi les Kurdes, Washington avait poussé Ankara à intervenir à Afrin, en Syrie.

Le Conseil de Sécurité de la Russie a mis en avant la responsabilité de Washington dans l'intervention turque en Syrie, qui mène depuis le 20 janvier l'opération «Rameau d’olivier».

«Les livraisons d'armes modernes et l'encouragement d'un sentiment séparatiste chez les Kurdes ont, de fait, provoqué la Turquie à mener l'opération militaire dans la région d'Afrin, dans le nord de la Syrie», a déclaré Alexandre Venediktov, secrétaire adjoint du Conseil de sécurité de la Russie sur la sécurité internationale.

Dénombrant, en outre, pas moins de 20 bases militaires américaines dans le Kurdistan syrien, le Conseil a estimé que cette «ingérence extérieure» constituait un frein à l'établissement de la paix dans le pays. «Le retour de la paix et de la stabilité en Syrie sont entravées par une ingérence extérieure continue dans la crise syrienne. Par exemple, sur le territoire contrôlé par les Unités de protection du peuple (YPG), environ 20 bases militaires américaines ont été installées», a ainsi noté Alexandre Venediktov.

Ankara, qui considère les YPG comme une organisation terroriste, a lancé le 20 janvier 2018 l'opération «Rameau d'olivier» en territoire syrien, avec pour objectif de contenir les Forces démocratiques syriennes (FDS), coalition arabo-kurde dominée par les YPG, et empêcher la formation de tout ce qui pourrait ressembler à un territoire administré par des Kurdes à sa frontière. Le 26 février, en préparation de la nouvelle phase de son opération, la Turquie a envoyé des unités spéciales dans la région d'Afrin, pour maintenir la présence turque dans les villages pris aux YPG kurdes.

Lire aussi : Crise à Afrin : la Turquie ne souhaite pas «perdre la face» et veut des garanties contre les Kurdes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»