50 djihadistes tunisiens seraient arrivés en Italie d'après Interpol

50 djihadistes tunisiens seraient arrivés en Italie d'après Interpol © ROSLAN RAHMAN Source: AFP
Image d'illustration

Selon le quotidien britannique The Guardian, Interpol a diffusé aux services de renseignement européens une liste de 50 djihadistes tunisiens de Daesh qui sont arrivés en Italie par la mer, d'où ils pourraient rejoindre d'autres pays européens.

Interpol a dressé une liste de 50 personnes soupçonnées d'être des combattants de Daesh, qui sont récemment arrivées en Italie par bateau et qui pourraient tenter de rejoindre d'autres pays européens, selon des informations publiées par le Guardian, le 31 janvier.

Cette liste, établie par le secrétariat général de l'organisation internationale de police, a été transmise au ministère de l'Intérieur italien le 29 novembre, qui l'a ensuite distribuée aux différentes agences antiterroristes à travers l'Europe, poursuit le quotidien britannique. Tous les suspects y figurant sont d'origine tunisienne et quatre d'entre eux sont déjà connus des services de renseignements européens. L'un d'eux «pourrait déjà avoir traversé la frontière française pour s'installer dans le Gard», précise en outre Interpol.

La Sicile, point d'entrée privilégié

Interrogé par le Guardian, un responsable européen du contre-terrorisme estime que les Tunisiens en question sont arrivés en Sicile entre juillet et octobre 2017 sur des bateaux de pêche ou de petites embarcations, qu'ils ont ensuite abandonnées sur la plage. Les autorités italiennes chiffrent à près de 3 000 les Tunisiens qui sont arrivés sur la plage de Torre Salsa à Agrigente, depuis juillet. «Les enquêteurs ne peuvent pas exclure qu'il puisse y avoir des djihadistes cachés [parmi eux]», concède le procureur général d'Agrigente Luigi Patronaggio, qui précise que la police n'a pu arrêter et identifier que 400 personnes.

«Nous ne savons pas ce qu'ils faisaient avant d'arriver ici, nous ne savons pas qui ils sont ni où ils se trouvaient avant leur arrivée en Sicile», renchérit auprès du Guardian Salvatore Vella, à qui l'enquête a été confiée. «Il y a ceux qui ne veulent pas être identifiés, qui ne veulent pas que leurs empreintes soient enregistrées [...] Pour cette raison, si vous êtes terroriste, accoster illégalement à Agrigente est le moyen le plus sûr d'arriver en Europe», soutient-il. Selon lui, les embarcations qui arrivent en provenance de Tunisie sont de bien meilleure facture que celles utilisées par les passeurs Libyens. «Les bateaux avec lesquels ils voyagent n'ont rien à voir avec les bateaux de migrants en provenance de Libye [...] les Tunisiens arrivent avec d'excellent bateaux, solides et navigués par des experts qui connaissent bien la mer», assure-t-il.

Le ministère de l'Intérieur italien, qui ne commente généralement pas les documents ayant fuité, a déclaré dans un communiqué ne pas être au courant de cette liste de 50 terroristes présumés. «Un petit nombre de terroristes présumés tunisiens ont été identifiés et renvoyés avec l'aide du gouvernement tunisien», a-t-il simplement expliqué.

Lire aussi : Italie : Matteo Salvini s'engage à expulser 500 000 migrants clandestins s'il accède au pouvoir

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.