Un militaire allemand voulait faire croire à des attaques djihadistes en assassinant des politiciens

Un militaire allemand voulait faire croire à des attaques djihadistes en assassinant des politiciens© Fabrizio Bensch Source: Reuters
Illustration
Suivez RT France surTelegram

Un ancien lieutenant de l'armée allemande de 28 ans a été interpellé et inculpé pour avoir fomenté plusieurs tentatives d'assassinat qu'il voulait maquiller en attentat terroriste djihadiste. Ses plans abracadabrantesques ont été dévoilés.

La justice allemande a inculpé Franco Hans A., 28 ans, un ancien lieutenant de l'armée allemande qui avait été interpellé en avril en compagnie de deux complices pour avoir planifié des actes violents et avoir enfreint les lois relatives aux explosifs et aux armes.

Dans un communiqué, le procureur fédéral a déclaré : «Motivé par des idées nationalistes, le suspect voulait mener des attaques sur des personnalités politiques de premier plan et des célébrités qui ont pris publiquement la défense de ce que l'accusé estime constituer une politique d'accueil pro-migrants. Il voulait faire croire au public que ces attaques étaient liées à la mouvance terroriste de l'islam radical et avaient été perpétrées par des personnes ayant obtenu l'asile.»

Un arsenal impressionnant retrouvé

Parmi les cibles du suspect figuraient le garde des Sceaux allemand Heiko Maas, l'élue des Verts Claudia Roth et l'ancien président Joachim Gauck. Il disposait de quatre armes à feu, un fusil d'assaut, plus de 1 000 cartouches et 50 engins explosifs. Une partie de cette cache d'armes serait issue de l'armurerie militaire.

L'aspect le plus cocasse du complot ourdi par le suspect ? Franco Hans A. voulait endosser l'identité d'un réfugié vivant dans une auberge depuis plusieurs mois au frais des aides sociales, feignant de ne parler ni allemand, ni anglais.

Une grande enquête a été lancée au printemps 2017 dans l'armée allemande à l'encontre de 275 sympathisants nationalistes. Suspectés d'être néo-nazis, les militaires avaient laissé dans leur sillage des commentaires racistes sur internet. Dans le cadre de l'enquête, de nombreux objets de collection du IIIe Reich, des posters et des munitions ont été découverts dans les casernes.

Lire aussi : «Papy était-il un nazi ?» : des historiens belges publient un guide pour le savoir

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix