Nigel Farage juge le «lobby juif» américain «très puissant», une organisation exige des excuses

Nigel Farage juge le «lobby juif» américain «très puissant», une organisation exige des excuses
Illustration : Nigel Farage, ex-dirigeant du parti eurosceptique UKIP, photo ©Hannibal Hanschke/Reuters

A la radio britannique, l'ex-dirigeant du parti eurosceptique UKIP a estimé que le «lobby juif [avec] ses liens avec le gouvernement israélien» exerçait une influence politique importante aux Etats-Unis. Une association est montée au créneau.

S'exprimant au micro de la radio basée à Londres LBC le 30 octobre 2017, l'ex-leader du UK independance party (UKIP) Nigel Farage a jugé qu'il existait aux Etats-Unis un lobby pro-israélien «très puissant». Il répondait ainsi à la question, posée en direct par un auditeur qui lui demandait s'il trouvait l'ingérence russe supposée aussi dangereuse que l'influence du lobby pro-israélien.

«Il y a d'autres lobbies étrangers très puissants aux Etats-Unis, mais le lobby juif, de par ses connexions avec le gouvernement israélien, est l'une des voix puissantes», a jugé Nigel Farage. «Le lobby israélien existe de fait [...] parce qu'il y a environ six millions de Juifs vivant en Amérique. En pourcentage, c'est assez réduit, mais en termes d'influence, c'est assez important», a-t-il poursuivi.

Les propos tenus par le chantre du Brexit ont rapidement été signalés par plusieurs auditeurs auprès de Campaign Against Antisemitism (CAA), une organisation britannique de lutte contre l'antisémitisme. Dans un communiqué publié sur son site, la CAA a exigé des excuses de la part de Nigel Farage.

«Il est normal que des pays fassent du lobbying auprès de leurs alliés, et Israël ne fait pas exception. Mais [dans les propos de Nigel Farage à la radio] il n'était pas juste allégué qu'Israël se prêtait à du lobbying, mais plutôt l'ensemble de la population juive aux Etats-Unis», déplorent les auteurs du communiqué. Ceux-ci appellent par ailleurs la radio LBC a suspendre l'émission de Nigel Farage dans le cas où il ne présenterait pas ses excuses. L’intéressé ne s'est pas encore exprimé sur la polémique.

Lire aussi : Un préfet assigne Cédric Herrou en justice pour une comparaison avec la déportation des Juifs

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.