Mais que fait donc Carles Puigdemont à Bruxelles ? Les indépendantistes flamands n'en savent rien

Mais que fait donc Carles Puigdemont à Bruxelles ? Les indépendantistes flamands n'en savent rien
Carles Puigdemont, le 27 octobre 2017, photo ©LLUIS GENE / AFP
Suivez RT France surTelegram

Ciblé par une procédure de Madrid pour rébellion, le président catalan se trouverait à Bruxelles. Le ministre belge de l'Intégration avait proposé l'asile à Carles Puigdemont, mais les indépendantistes flamands jurent ne pas l'avoir invité.

D'après une source gouvernementale citée par l'AFP, le président catalan déchu Carles Puigdemont se trouvait bien à Bruxelles ce 30 octobre. Mais pour quelle raison ? Mystère. S'il est venu demander de l'aide aux indépendantistes de la Nouvelle alliance flamande (N-VA), il en sera probablement pour ses frais. «Certainement pas sur invitation de la N-VA», s'est ainsi défendu Joachim Pohlmann, porte-parole du parti belge.

Pourtant, le secrétaire d'Etat belge à l'Asile et à la migration Theo Francken, issu du même N-VA, avait laissé entendre le 28 octobre dernier qu'une protection de la Belgique à l'égard de Carles Puigdemont n'était pas «irréaliste». «Aucune demande n’a encore été déposée mais les choses évoluent rapidement. Nous verrons bien ce qui va se passer d’ici les heures ou les jours à venir», avait encore fait valoir Theo Francken, au micro de la radio néerlandophone VRT.

Carles Puigdemont et les indépendantistes catalans paraissent donc toujours aussi isolés. La déclaration d'indépendance de la Catalogne n'a pour l'heure été reconnue par aucun Etat à l'étranger et les institutions européennes, solidaires avec Madrid, ont assuré à l'AFP qu'aucune entrevue avec Carles Puigdemont n'était prévue à Bruxelles.

Le parquet espagnol a en outre enclenché ce 30 octobre 2017 une procédure qui pourrait déboucher sur l'inculpation pour rébellion du président catalan destitué Carles Puigdemont, trois jours après la déclaration unilatérale d'indépendance de la Catalogne le 27 octobre dernier. Il risque jusqu'à 30 ans de prison. 

Lire aussi : Sous tutelle de Madrid, snobée par l'UE, la Catalogne envisagerait d'émettre sa propre monnaie

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix