«Du bon côté de la barricade» : quand BHL faisait l'éloge de Weinstein pour sa défense de Polanski

«Du bon côté de la barricade» : quand BHL faisait l'éloge de Weinstein pour sa défense de Polanski© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT Source: AFP
Bernard-Henri Levy en compagnie d'Harvey Weinstein à Cannes en 2012 pour la présentation de son film, «Le Serment de Tobrouk».
Suivez RT France surTelegram

L’enthousiasme qu'avait manifesté Bernard-Henri Lévy à l'égard d'Harvey Weinstein pour sa réaction à l'affaire Polanski, a refait surface sur les réseaux sociaux, à l'heure où le producteur est lui-même empêtré dans un scandale sexuel.

En plein scandale sexuel concernant Harvey Weinstein, un certain nombre d'internautes ont exhumé des réseaux sociaux des propos élogieux de Bernard-Henri Lévy à l'égard du producteur hollywoodien... pour sa défense de Roman Polanski.

Bernard-Henri Lévy a souligné qu’Harvey Weinstein fit partie des rares Américains qui, au moment du lynchage de Roman Polanski, furent du bon côté de la barricade

Le philosophe français n'avait en effet pas tari d'éloges envers le producteur, qui avait soutenu le réalisateur franco-polonais menacé d'extradition vers les Etats-Unis, où il est poursuivi pour un viol présumé commis il y a 40 ans.

«Bernard-Henri Lévy [...] a souligné qu’Harvey Weinstein fit partie des rares Américains qui, au moment du lynchage de Roman Polanski, furent du bon côté de la barricade et s’opposèrent avec force aux modernes Sorcières de Salem», pouvait-on lire notamment dans un article publié en 2012 sur le site de La règle du jeu, revue littéraire fondée par BHL, concernant le film Le serment de Tobrouk (réalisé par l'écrivain français et distribué aux Etats-Unis par Harvey Weinstein). 

L'ironie du choix du philosophe aventurier d'évoquer l'affaire Polanski, pour faire l'éloge d'un homme lui-même accusé quelques années plus tard de multiples agressions sexuelles, a été soulignée sur les réseaux sociaux, ainsi que par Les crises, blog spécialisé dans les questions économiques animé par Olivier Berruyer.

La chute du «Dieu» d'Hollywood 

Décrit comme un «faiseur d'Oscars», le producteur Harvey Weinstein a longtemps été un incontournable d'Hollywood et de la politique (il a notamment apporté un soutien financier à la campagne présidentielle de Hillary Clinton). Meryl Streep le surnommait notamment «Dieu»... jusqu'à sa récente chute.

Le producteur a en effet été licencié le 8 octobre de la Weinstein Company, entreprise qu'il avait cofondée avec son frère, à la suite d'un immense scandale sexuel qui aura eu raison de son influence sur l'industrie du cinéma américain. Une enquête du New York Times a révélé au moins huit accords à l'amiable passés pour étouffer des allégations de harcèlement sexuel, notamment avec l'actrice Ashley Judd, forcée de le regarder prendre une douche dans sa chambre d’hôtel. 

D'autres accusations, exprimées notamment par les actrices Angelina Jolie, Gwyneth Paltrow, Asia Argento, Rosanna Arquette et trois autres femmes, ont été portées depuis contre l'homme d'affaire, qui se concentre désormais sur sa défense.

Lire aussi : Weinstein, Cosby, Casey Affleck, Sheen : la morale à géométrie variable d’Hollywood

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix