Syrie: les parlementaires nomment un chrétien à leur tête pour la première fois depuis des décennies

- Avec AFP

Syrie: les parlementaires nomment un chrétien à leur tête pour la première fois depuis des décennies© LOUAI BESHARA Source: AFP
Hammoudé Sabbagh donne un discours le 28 septembre 2017.

Le parlementaire chrétien Hammoudé Sabbagh a été élu par ses collègues pour présider le Parlement syrien. Fait rarissime dans un pays où les chrétiens ne représentent que 5% de la population, cela n'était arrivé qu'une seule fois depuis 1946.

Les élus de l'Assemblée du peuple syrien (le Parlement monocaméral du pays) ont élu le 28 septembre un nouveau chef, Hammoudé Sabbagh, qui devient le premier chrétien à obtenir ce poste depuis des décennies en Syrie. Cet homme de 58 ans, chrétien syriaque originaire de la province de Hassaké (dans le nord-est du pays), a obtenu 193 voix sur 252, selon des médias locaux cités par l'AFP.

C'est le premier Syrien chrétien à obtenir ce poste depuis Fares el-Khoury, qui avait été élu à deux reprises chef du Parlement durant le mandat français (1920-1946) et une troisième fois après l'indépendance de la Syrie.

Hammoudé Sabbagh est licencié en droit et membre du parti Baas, parti au pouvoir dans le pays depuis Hafez al-Assad, père de l'actuel président Bachar al-Assad. 

Avant le début du conflit en Syrie en mars 2011, les chrétiens, issus de 11 communautés différentes, représentaient environ 5% de la population. Ils se sont largement tenus à l'écart du conflit, mais nombre d'entre eux ont pris le parti du gouvernement, notamment par crainte de l'islamisme radical porté par certains groupes rebelles.

Le gouvernement syrien s'est d'ailleurs posé tout au long de la guerre comme le protecteur des minorités de Syrie. Les chrétiens ont été pris pour cible ces dernières années par les djihadistes du groupe Etat islamique, qui ont perpétré des enlèvements de masse et détruit des églises. Selon l'évêque chaldéen d'Alep, monseigneur Antoine Audo, la moitié des 1,5 million de chrétiens de Syrie auraient quitté le pays.

Lire aussi : L'Algérie appelle la Ligue arabe à réintégrer la Syrie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.