Le comité d'enquête russe estime que le vol MH-17 a été abattu par un missile air-air

Débris de l'avion dans les environs de Donetsk Source: Reuters
Débris de l'avion dans les environs de Donetsk

Les enquêteurs russes affirment que d'après leurs résultats, l'avion a été abattu par un missile venant d'un autre avion. La CNN a déclaré pour sa part, en se basant sur un rapport provisoire, que les rebelles de Donetsk seraient responsables.

Les enquêteurs russes pensent pour leur part que l'avion a été abattu par un missile air-air. Cette information a été rapportée par le représentant officiel de la commission d'enquête de Russie Vladimir Markin.

«Nous privilégions cette version en priorité. Nous disposons de données, y compris sur la base des résultats des examens, que l'avion a été abattu par un missile air-air. En outre, les experts estiment que le type de missile a été établi et que ce missile n’est pas de production russe», a dit Markin, cité par RIA Novosti.

La version de la CNN

«C’est un rapport provisoire confidentiel destiné à l’attention de l’équipe internationale d’enquêteurs, nous ne pouvons donner aucun détail avant sa publication officielle», c’est de cette façon que les enquêteurs hollandais ont répondu à RT, qui a demandé des commentaires suite à la publication des informations controversées par CNN accusant «un missile russe» d’avoir abattu l’avion.

Cependant, la chaîne d’information affirme avoir pris possession des détails de ce rapport, même si ce dernier ne doit être publié qu’au début d’octobre 2015.

«Les experts hollandais confirment que les preuves montrent que ce sont les rebelles qui sont responsables de la chute de l’avion», lit-on sur le site de CNN, qui cite des «sources qui ont consulté le rapport».

Le site américain affirme également que le rapport cite le type exact de missile utilisé pour abattre l’avion, sa trajectoire, le lieu d’où il a été tiré et les données sur ceux qui contrôlaient ce lieu.

Cependant, dans ce même article, CNN affirme avoir contacté toutes les organisations en possession du rapport provisoire, qui ont refusé de fournir des commentaires.

Le Bureau néerlandais pour la sécurité (BSN) conduit depuis juillet 2014 une enquête  sur les origines de la catastrophe du Boeing malaisien qui s’est écrasé dans la région de Donetsk, où d’intenses combats se poursuivent entre les milices populaires et les forces gouvernementales. Le rapport longtemps attendu est actuellement en cours de finalisation, les autres parties impliquées à l’enquête devant bientôt présenter ces commentaires au BSN.

Face au lent déroulement de l’enquête, la Russie a entamé sa propre investigation de la catastrophe pout systématiser les évidence en sa possession. Parmi les deux versions envisagées par les enquêteurs russes, la première est l’attaque d’un avion ukrainien SU-25, qui, selon un témoin au sein des forces spéciales ukrainiennes, était parti le jour du crash et revenu à l’aérodrome dépourvu de ses missiles.

La deuxième version, présentée par le fabricant d’armes russe Almaz-Anteï qui a analysé les circonstances de la tragédie, est un tir de missile BUK-M1, n’étant plus utilisés par la Russie depuis une dizaine d’année, dont les derniers lots ont été livrés à des clients étrangers, dont l’Ukraine. La société a également précisé le site probable du lancement du missile, qui était à ce moment-là sous le contrôle des forces kiéviennes. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales