Débat ouvert du Conseil de sécurité de l'ONU sur les opérations de maintien de la paix

Débat ouvert du Conseil de sécurité de l'ONU sur les opérations de maintien de la paix
Casque bleu au Congo en 2014, dans le cadre d'une opération de maintien de la paix au Congo, photo ©Kenny Katombe/Reuters

Le maintien de la paix dans le monde est l'une des missions du Conseil de sécurité de l'ONU. Il lui consacre un débat public auquel doivent notamment prendre la parole le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov et Emmanuel Macron.

Mise à jour automatique
  • «L'ONU doit s'adapter aux nouvelles réalités», a plaidé le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, qui a fait part de plusieurs réserves quant à l'impartialité des opérations de maintien de la paix de l'ONU. Le chef de la diplomatie russe a également prôné une définition plus claire du rôle des Casques bleus dans les pays concernés. «Les Casques bleus ne peuvent être déployés qu'avec l'accord des parties d'un conflit», a-t-il encore fait valoir.

  • «Il faut tenir compte de la souveraineté des Etats», a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, qui conseille de trouver une solution politique plutôt que militaire aux conflits dans le monde.

    «Il est inacceptable que les Casques bleus obéissent à l'une ou l'autre des parties d'un conflit», a-t-il déclaré en dénonçant l'extension des missions de l'ONU au-delà du seul maintien de la paix, notamment en République démocratique du Congo et au Mali.

  • Le ministre français de l'Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves le Drian, prend à son tour la parole. «Je ne veux pas ici tomber dans une critique facile», a-t-il déclaré, «les opérations de maintien de la paix des Nations unies sont souvent la seule garantie d'un minimum de sécurité et de protection des populations».

  • Le Premier ministre britannique Theresa May a reconnu dans son allocution le rôle vital du Conseil de sécurité dans la mission de maintien de la paix de l'ONU.

    «Pour que les missions de la paix réussissent, nous devons avoir une stratégie très claire en matière de résolution des conflits», a-t-elle plaidé, regrettant ne pas toujours pouvoir être en mesure de condamner certains événements de façon claire lorsque les résolutions ne sont pas mises en œuvre par certains Etats.

    «Il faut faire en sorte qu'il y ait davantage de matériel répondant aux besoins du personnel des Nations unies avec une efficacité plus forte sur le terrain», a-t-elle poursuivi.

    Militant pour une meilleure planification des missions, elle a mis en avant la nécessité de réunir des critères comme la paix, la sécurité, le développement, et l'aspect humanitaire pour avoir une compréhension globale de la situation.

  • Mike Pence a également évoqué la question des Rohingyas en Birmanie. «Le gouvernement de la Birmanie a répondu aux attaques contre les Rohingyas par une sauvagerie inouïe», a-t-il déclaré, ajoutant qu'un exode sans précédent était en cours avec 400 000 personnes contraintes de fuir.

    «Nous réitérons notre appel pour que la violence cesse immédiatement et souhaitons appuyer tous les efforts diplomatiques [en ce sens]», a-t-il précisé. 

    «Nous avons appelé le Conseil de sécurité [de l'ONU] à prendre des mesures rapides pour mettre un terme à cette crise», a-t-il affirmé, encourageant les Nations unies et le Conseil de sécurité à «faire davantage».

  • «Maintenir la paix est au cœur des principes des Nations unies», a déclaré Mike Pence, le vice-président américain. «Comme le monde a pu le constater de ses propres yeux, la Corée du Nord menace la planète entière», a-t-il poursuivi. 

    «Nous [les Etats-Unis] continuerons à exercer des pressions économiques, politiques et autres et nous demandons à tous les pays du monde d'exiger de la Corée du Nord qu'elle renonce à son programme nucléaire et de missiles balistiques», a en outre déclaré Mike Pence.

  • Emmanuel Macron est présent au Conseil de sécurité ainsi que le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. Tous deux doivent prendre la parole pour faire le point sur les opérations de maintien de la paix. RT France couvre la réunion.

  • Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres a ouvert la réunion en rendant hommage aux Casques bleus qui assurent sur le terrain les opérations de maintien de la paix de l'ONU.

Découvrir plus

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.