Un ex-ministre algérien limogé au bout de trois jours, retrouve son poste... durant une heure

- Avec AFP

Un ex-ministre algérien limogé au bout de trois jours, retrouve son poste... durant une heure© Farouk Batiche Source: AFP
Le drapeau algérien flotte lors d'un rassemblement dans le bourg de In-Salah, au sud du pays

Bref ministre algérien du Tourisme et de l'Artisanat, limogé fin mai après trois jours au gouvernement, Messaoud Benagoun a fait un retour d'à peine plus d'une heure à son poste, en raison d'une erreur attribuée aux médias officiels.

Le 24 mai dernier, Messaoud Benagoun faisait son entrée au gouvernement algérien dirigé par le Premier ministre Addelmadjid Tebboune.

Il n'était toutefois resté en poste que trois jours, avant d'être limogé sans qu'aucune explication officielle ne lui soit donnée. La presse de son côté, avait critiqué sa totale inexpérience politique.

Une télévision l'avait en outre accusé d'avoir falsifié son diplôme universitaire et avait affirmé que son casier judiciaire avait été maquillé pour cacher plusieurs condamnations, afin qu'il puisse être candidat aux élections législatives.

Mais le 17 août, à l'occasion d'un léger remaniement, 48 heures après le limogeage du Premier ministre, Messaoud Benagoun est réapparu, à la surprise générale et à la consternation de nombreux observateurs, comme ministre du Tourisme dans la liste du nouveau gouvernement publiée par les médias officiels algériens qui citaient un communiqué de la présidence de la République. 

Une heure plus tard, Messaoud Benagoun «quittait» à nouveau le gouvernement, après la publication d'une liste corrigée sans explication.

Les médias algériens, qui avaient abondamment commenté ce surprenant retour, ont attribué cette erreur à la presse officielle.

Lors de ce remaniement, le président algérien Abdelaziz Bouteflika a remercié les ministres de l'Industrie, du Commerce et de l'Habitat, 48 heures après le remplacement d'Addelmadjid Tebboune, éphémère Premier ministre qui ne sera resté en poste que trois mois.

Les 24 autres ministres ont été reconduits dans une équipe désormais dirigée par Ahmed Ouyahia, nommé le 15 août à la tête du gouvernement.

Lire aussi : Quand la presse française se laisse piéger par un hoax sur les baignades républicaines en Algérie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.