Poutine : les administrateurs des «groupes de mort» sur les réseaux sociaux sont des assassins

Poutine : les administrateurs des «groupes de mort» sur les réseaux sociaux sont des assassins© Thanasis Zovoilis / Getty Images
Des enfants et des adolescents sont particulièrement vulnérables à l'influence des «groupes de mort»

Ceux qui gèrent des groupes promouvant le suicide au sein de la jeunesse, comme le «Blue Whale challenge» qui a fait scandale en Russie, ne sont pas différents des assassins, estime le président russe.

«Regardez, ils [les administrateurs des «groupes de mort»] incitent à se suicider. Qu’est-ce que c’est ? C’est une atteinte à la vie», a déclaré Vladimir Poutine le 15 août, d’après un communiqué publié sur le site du Kremlin. Le président russe a noté que ces personnes gagnaient même de l’argent pendant ces activités, sans pour autant préciser comment.

«Alors, en quoi sont-ils différents des assassins ? En rien», a martelé le président, qui a évoqué ce sujet lors d'une rencontre avec le président du groupe parlementaire du parti Russie unie, Vladimir Vassiliev.

Ce dernier a noté que la Russie s’était retrouvée dans une station difficile au vu de la multiplication de groupes clandestins dits «de mort», qui encouragent les jeunes à se suicider. Le groupe le plus connu s’appelait «Blue Whale» et présentait aux mineurs des jeux sous forme de défi qui les amenaient en fin de compte à mettre fin à leurs jours. Les activités de ces groupes, actifs sur les réseaux sociaux, ont été révélées l'année dernière par le journal Novaïa Gazeta. D’après différentes données non-confirmées, des dizaines d’adolescents qui ont souscrit à ces groupes se seraient donné la mort.

L'un des organisateur du jeu «Blue Whale», Philippe Boudeïkine, 22 ans, a été condamné en juillet 2017 à trois ans de prison pour incitation au suicide. Initialement soupçonné d'être impliqué dans le suicide de 15 adolescents, la justice a prouvé qu'il était lié à deux tentatives de suicide dont les auteurs ont survécu.

Le défi «Blue Whale» aurait même dépassé les frontières russes, des victimes de ce jeu ont en effet été retrouvées aux Etats-Unis, en Espagne, en Serbie, au Brésil, au Chili, en Chine et en Inde.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.