USA : Charlottesville déclare l'état d'urgence en raison d'une manifestation d'extrême droite

USA : Charlottesville déclare l'état d'urgence en raison d'une manifestation d'extrême droite© Jonathan Ernst Source: Reuters
Un manifestants d'extrême droite à Charlottesville

A Charlottesville, en Virginie, des milliers de militants d'extrême droite ont manifesté contre le retrait d'une statue de général Lee, figure de la guerre de Sécession. Des heurts ont éclaté après l'irruption de contre-manifestants.

L'état d'urgence a été décrété à Charlottesville (Virginie) dans l'après-midi du 12 août, à la suite de heurts entre des manifestants d'extrême droite, opposés au déboulonnage d'une statue du général confédéré de la la guerre de Sécession Lee, et des contre-manifestants.

Des centaines de policiers ont été déployés pour sécuriser le rassemblement d'extrême droite, qui a tout de même été émaillé de violences avant même son lancement, dont des échanges de coups et des jets de bouteilles, selon l'AFP. Des vidéos postées sur Twitter témoignent de la violence des heurts. 

Toujours selon l'agence, des membres d'une milice d'extrême droite auraient par ailleurs pris part au rassemblement en tenue paramilitaire et armés de fusils semi-automatiques. 

L'état d'urgence a été décrété à 11h30 (heure locale) en raison des nombreux incidents et troubles à l'ordre public. 

Le président Donald Trump a dénoncé les violences, plus tard dans la journée, via Twitter. «Nous devons TOUS nous unir et condamner tout ce qui représente la haine. Il n'y a pas de place en Amérique pour ce type de violences», a-t-il posté sur le réseau social. 

Les militants présents sur place seraient venus de tous les Etats-Unis pour participer à cette manifestation et à la contre-manifestation. 

La nuit précédente, déjà, des militants d'extrême droite s'étaient réunis pour un défilé aux flambeaux sur le campus de l'université de Virginie, au cours de laquelle des slogans racistes et antisémites auraient été proférés, selon plusieurs titres de presse américains. Des heurts sont survenus avec l'arrivée de militants antifascistes et antiracistes venus à leur rencontre. 

Selon le New York Times, le débat sur le déboulonnement de la statue du général Lee, qui se trouve sur le campus universitaire, a été amorcé à la suite de la pétition lancée il y a un an et demi par un étudiant noir américain pour la faire retirer. Le 19 mai, une autre statue du général confédéré, toujours considéré comme un héros historique par une partie de la population du Sud des Etats-Unis, a elle aussi été retirée à la Nouvelle-Orléans. 

Lire aussi : Virginie : échauffourées lors d'une marche aux flambeaux de centaines de militants suprémacistes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.