Pour George W Bush, charité bien ordonnée commence par lui-même

Les très chères conférences de Dubya© Brendan McDermid
Les très chères conférences de Dubya

100 000 dollars pour un discours donné à une collecte de fonds destinée... aux vétérans blessés durant la guerre d'Irak et d'Afghanistan. C'est la modique somme que George W. Bush, qui avait lancé ces deux guerres, a pourtant réclamé.

La levée de fonds devait servir aux anciens combattants qui avaient été blessés et sont revenus pour certains handicapés et pour d'autres lourdement traumatisés de la «guerre contre le terrorisme en Irak et en Afghanistan»menée sous la double administration de George W Bush.

Mieux encore, pour transporter «Dubya» vers Houston, lieu de la collecte de fonds, un jet privé a été spécialement affrété, pour un coût supplémentaire de 20 000 dollars. 

Son épouse, Laura, plus modeste, s'était pourtant contentée de moins: en digne «moitiée», elle avait touché 50 000 dollars pour faire une apparition en 2014. 

Pourtant, l'organisation qui a organisé cette levée de fonds a déclaré que les dépenses totale de 170 000 dollars que lui ont coûté les époux Bush étaient absolument justifiés. L'oeuvre caritative souligne ainsi, pour sa défense, les sommes records que leur présence les années précédentes avaient aidé à collecter. 

L'un des vétérans présent à la collecte de fonds a cependant fait connaître sa désapprobation contre l'orateur si dispendieux: «Vous m'avez envoyé à la guerre, j'ai fait ce que vous m'avez dit de faire, avec joie pour vous et pour notre pays et je n'ai aucun regret. Mais ceci est comme une giffle en pleine face».

D'autres anciens présidents, à l'instar de George W. Bush, ont également utilisé leurs conférences et leurs apparitions publiques comme une lucrative source de revenus après la fin de leur mandat. 

Ainsi en 1989, Ronald Reagan a été critiqué pour avoir accepté deux millions de dollars en paiement d'une conférence donnée au Japon. Bill Clinton a touché près de 100 millions de dollars en conférences diverses depuis la fin de ses mandats.

Mais seul George W Bush a été confronté à une telle situation d'accepter de parler devant les anciens combattants des guerres qu'il a précisément ordonnées.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales