A Londres, la «Palestine Expo» donne la parole au prêcheur musulman controversé Ebrahim Bham

A Londres, la «Palestine Expo» donne la parole au prêcheur musulman controversé Ebrahim Bham© Capture d'écran Youtube@Standard Bearers Academy
Ebrahim Bham

Les associations pro-israéliennes auront en vain tenté de l'empêcher de prendre la parole. Ebrahim Bham, qui a par le passé qualifié chrétiens et juifs d'«agents de Satan», a tenu un discours sur le «caractère sacré de Jérusalem» à la Palestine Expo.

Ebrahim Bham, un prêcheur musulman sud-africain qui a tenu par le passé des propos pour le moins polémiques, a prononcé un discours lors d'un événement pro-palestinien organisé à Londres les 8 et 9 juillet, la «Palestine Expo».

Et ce en dépit des efforts de plusieurs organisations pro-israéliennes, qui ont procédé à un intense lobbying pour l'empêcher de prendre la parole. Mais les organisateurs de l'évènement – qui se targuent d'avoir effectué «le plus gros rassemblement social, culturel et de divertissement sur la Palestine en Europe» – n'ont pas cédé et l'ont laissé prononcer son discours. Discours dans lequel Ebrahim Bham a parlé du «caractère sacré de Jérusalem».

Chrétiens et juifs, «agents de Satan»

Le groupe Campaign against Antisemitism (CAA) a révélé qu'il avait, par le passé, comparé chrétiens et juifs à des «agents de Satan». «Le Coran nous dit que "les Yahud [juifs] et les Nasara [chrétiens] ne seront jamais satisfaits de nous". Vous ne pouvez pas les apaiser tant que vous ne suivez pas leur religion, leur mode de vie, et nous n'y sommes pas prêts. Nous ne pourrons jamais faire cela», avait-il prêché.

«Ils accomplissent leurs envies malsaines, agissant comme les agents de Shaytaan [Satan] en employant des instruments, des méthodes et des complots contre l'islam et les musulmans», avait-il poursuivi dans des propos rapportés par le CAA.

Dans une autre conférence, il avait déclaré que le djihad faisait «partie intégrante des enseignements islamiques», selon le journal israélien Jewish Chronicle. «L'Islam ne fait pas d'excuses hypocrites, il est parfois nécessaire d'entrer en guerre», avait-il conclu selon le quotidien.

Une «campagne de dénigrement délibérée»

La présence d'Ebrahim Bham était une raison supplémentaire pour le CAA de regretter que le gouvernement ait accepté que l'événement puisse se tenir, jugeant qu'il permettait «à l'extrémisme de s'épanouir».

Des accusation vigoureusement rejetées par Ishmail Patel, l'un des organisateur, qui a confié à Al Jazeera que l'exposition avait été victime d'une  «campagne de dénigrement délibérée». Il a ajouté que les intervenants venaient d'univers très différents, qu'ils soient israéliens, palestiniens ou encore britanniques, de confession musulmane, juive ou chrétienne.

«Nous assistons à une tentative désespérée de s'attaquer à la Palestine Expo», a-t-il estimé.

Plus de 15 000 personnes sont venus assister à la «Palestine Expo» tout au long du week-end, selon les organisateurs.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.