Escalade dans le Caucase ? L'Azerbaïdjan frappe le Haut-Karabagh et place son armée en état d'alerte

- Avec AFP

Escalade dans le Caucase ? L'Azerbaïdjan frappe le Haut-Karabagh et place son armée en état d'alerte© Karen Minasyan Source: AFP
Le Haut-Karabakh (photo d'illustration)
Suivez RT France surTelegram

Que se passe-t-il dans le Caucase ? L'Azerbaïdjan a mis son armée en alerte, assurant avoir «annihilé» des positions séparatistes dans le Haut-Karabagh, deux jours après la mort de deux civils azerbaïdjanais près de la ligne de front.

«[L'artillerie de Bakou a] annihilé un grand nombre de forces ennemies, plusieurs unités d'artillerie et des infrastructures militaires», a fait savoir le ministère azerbaïdjanais de la Défense dans un communiqué daté du 7 juillet. «Toutes les unités de l'armée azerbaïdjanaise ont été placées en état d'alerte», y est-il précisé.

De leur côté, les autorités séparatistes de la région azerbaïdjanaise du Haut-Karabagh, soutenues par l'Arménie, ont fait savoir qu'elles avaient riposté. Sans évoquer de pertes, hormis trois soldats blessés, elles ont affirmé que l'armée azerbaïdjanaise avait rompu le cessez-le-feu en se servant de mortiers et de lance-missiles.

Cette soudaine poussée de violence intervient après la mort de deux civils azerbaïdjanais, le 5 juillet, près de la ligne de front. Un bébé de deux ans et sa grand-mère ont en effet été tués par des obus tirés, selon les forces azerbaïdjanaises, par les forces du Haut-Karabagh.

Escalade dans le Caucase ? L'Azerbaïdjan frappe le Haut-Karabagh et place son armée en état d'alerte

Le Haut-Karabagh est une région peuplée majoritairement d'Arméniens qui a fait sécession mais est toujours reconnue internationalement comme faisant partie de l'Azerbaïdjan. 

Lire aussi : Arménie vs Azerbaïdjan : tout savoir sur le conflit éclaté dans le Haut-Karabagh

En avril 2016, au moins 110 personnes – des civils et des militaires des deux camps – avaient été tuées dans de violents affrontements. Un accord de cessez-le-feu avait été signé à Moscou entre les belligérants, mais des combats sporadiques continuent de se produire le long de la ligne de démarcation.

Un premier cessez-le-feu avait été conclu en 1994, après une guerre qui avait fait 30 000 morts et des centaines de milliers de réfugiés, principalement des Azerbaïdjanais. Aucun traité de paix n'a pour l'heure été signé entre Bakou et Erevan.

Lire aussi : Les appels à reconnaître l'indépendance du «Haut-Karabagh» se multiplient en France

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix