Julian Assange reporte l'annonce prévue pour ses cinq ans passés à l'ambassade d'Equateur

- Avec AFP

Julian Assange reporte l'annonce prévue pour ses cinq ans passés à l'ambassade d'Equateur © Isabel Infantes Source: AFP
Des manifestants se sont réunis le 19 juin devant l'ambassade d’Équateur pour réclamer libération de Julian Assange

Le fondateur de Wikileaks Julian Assange a reporté une annonce prévue pour les cinq ans de son entrée à l'ambassade d'Équateur à Londres, où il a trouvé refuge. Une rencontre avec les autorités britanniques pourrait avoir prochainement lieu.

«Sur les conseils de ses avocats, l'annonce que devait faire monsieur Assange aujourd'hui depuis le balcon de l'ambassade d’Équateur a été reportée», a annoncé dans un communiqué l'équipe de presse de WikiLeaks, sans préciser la date du report.

«Cette décision fait suite à l'accord pour une rencontre imminente avec les autorités britanniques L'équipe juridique de monsieur Assange reste optimiste sur la possibilité de trouver une issue satisfaisante, qui respecte le droit britannique et rétablisse la liberté et la dignité de monsieur Assange», lit-on dans le communiqué.

De son côté, le ministère de l'Intérieur britannique a affirmé à l'AFP qu'aucune rencontre n’était prévue.

La déclaration de WikiLeaks fait référence à la situation du lanceur d'alerte, réfugié à l'ambassade d’Équateur pour échapper à une possible extradition vers les Etats-Unis, où il risque d'être poursuivi pour la publication par WikiLeaks de documents militaires et diplomatiques confidentiels.

Le mois dernier, la justice suédoise avait de son côté abandonné les poursuites pour viol à l'encontre de l'Australien de 45 ans et levé le mandat d'arrêt européen qui le visait, estimant que toutes les possibilités de faire avancer l'enquête avaient été épuisées.

La police britannique avait néanmoins prévenu qu'elle serait obligée d'arrêter Julian Assange s'il sortait de l'ambassade, au motif qu'il avait enfreint en 2012 les conditions de sa liberté sous caution au Royaume-Uni.

«La vraie bataille commence maintenant», avait alors affirmé Julian Assange depuis l'ambassade, craignant toujours une manœuvre pour le faire extrader vers les États-Unis.

Lire aussi : Ni oubli ni pardon : Julian Assange s'exprime sur Twitter après l'abandon des charges contre lui

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.