Le Maroc à nouveau en proie à des manifestations après l'arrestation d'un leader de l'opposition

- Avec AFP

Le Maroc à nouveau en proie à des manifestations après l'arrestation d'un leader de l'opposition Source: Reuters
L'arrestation de Nasser Zefzafi, leader de la contestation populaire qui touche le nord du Maroc depuis plusieurs jours a provoqué de nouvelles manifestations
Suivez RT France surTelegram

Plusieurs milliers de personnes manifestaient le 30 mai dans les rues d'Al-Hoceïma pour demander la libération de Nasser Zefzafi, leader de la contestation populaire dans le nord du Maroc arrêté le 29 mai par la police.

Face aux cordons des forces anti-émeutes marocaines, les manifestants ont envahi les rues du quartier de Sidi Abed, non loin du centre-ville d'Al-Hoceïma, vers 22h le 30 mai après la rupture du jeûne du ramadan.

Déployés dans le quartier, les policiers ont reculé sous la pression de la foule, dans un face-à-face tendu mais sans incident.

Vers 23h, la manifestation se poursuivait tandis que les manifestants criaient «Nous sommes tous Zefzafi», «Dignité pour le Rif», ou «Halte à la militarisation», brandissant par centaines des portraits photocopiés de leur champion.

Leader de la contestation populaire qui secoue depuis octobre la région du Rif, Nasser Zefzafi a été interpellé le 29 mai au matin par la police pour «atteinte à la sécurité intérieure». Des dizaines de militants du noyau dur de son mouvement, le hirak (la mouvance), ont également été arrêtés.

La ville d'Al-Hoceïma en ébullition

Depuis le 26 mai, la ville d'Al-Hoceïma est sous tension. Des heurts nocturnes ont opposé manifestants et policiers pendant le week-end. Près de 3 000 personnes se sont rassemblées le 29 mai sans incident. Ils étaient encore plus nombreux le lendemain.

«Je suis fier de mon fils, il a agi en homme», a déclaré le père de Nasser Zefzafi, présent lors de la manifestation du 30 mai. «Il n'a rien fait d'autre que de manifester pacifiquement pour des revendications légitimes», a-t-il commenté en pleurs.

Selon des images diffusées sur les réseaux sociaux, des manifestants se sont également rassemblés dans la ville voisine d'Imzouren, malgré une forte présence policière.

Lire aussi : Maroc : affrontements entre policiers et manifestants à Al-Hoceïma (VIDEOS)

A Rabat, un rassemblement de «solidarité» de quelques dizaines de personnes a été dispersé par la police devant le parlement. La police est également intervenue à Casablanca contre un rassemblement similaire.

 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix